Poésie à deux sous.

L’enfant joue, passionné et joyeux.Il entend et il sent, à sa façon, occulte,Tout ce que disent ou crient les adultes.Il quitte son cocon doux et soyeux, Pour revêtir une armure étincelante,Peau de dragon aux écailles multicolores.Sous les cris, elles tombent de son corps,Elles s’en vont à petits pas, chancelantes.

J’attends…

© Ivo Rackwitz J’attends… Ils sont passés comme le flot qui détruit et ravage.Ils sont passés comme la vague qui emporte les plages.Ils sont passés comme la tempête, celle qui tue les poètes. Il ne reste que les débris… De vie, de lui.La maison des voisins qui brûle dans la nuit.J’ai froid mais cette chaleurLire la suite « J’attends… »