Je suis ici :

Les textes > Au-delà des couleurs > Il en parle

Au-delà des couleurs - Ils en parlent - Extraits des couleurs - Le spectacle

Grand espace pour son imagination.

De Marc-Jacques Mächler.

« Benjamin sourit à la pensée que les odeurs et les saveurs pouvaient avoir des couleurs. »

On peut se demander comment cela doit fonctionner : Odeurs, goûts et couleurs.

Mais commençons par le commencement...

Benjamin est un petit garçon qui doit aller au lit. Pendant qu’il se lave les dents dans la salle de bain, il aperçoit un arc-en-ciel dans le miroir et bientôt un garçon qui se nomme Lucien invite Benjamin à passer de l’autre côté où il découvre un monde fantastique dans lequel il suffit de penser à quelque chose pour que celle-ci apparaisse.

Lucien demande à Benjamin s’il sait comment goûte le noir. Il ne sait pas et Lucien laisse apparaître un toast brûlé. Alors c’est ainsi que goûte le noir... Et en réponse à la question : comment sent le noir, se matérialise un tracteur qui produit une fumée noire. C’est donc ainsi que sent le noir...Papillon Marisa Jacobi

Et les deux amis commencent à explorer quels sont les odeurs, les goûts, le toucher et les sons des couleurs. Pour toucher le jaune, ils jouent dans un bac à sable avec un beau sable jaune et chaud. Pour toucher le vert, ils se matérialisent au milieu d’orties et pour savoir comment se touche le blanc, ils se roulent dans la neige.

Le goût du citron est jaune, celui du lait blanc et celui des fraises est rouge.

Comment s’entend le rouge ? Une voiture de pompier apparaît sirènes hurlantes et se dirigeant vers une urgence. C’est ainsi que s’entend le rouge... Un maison en flammes apparaît et Benjamin réalise que le garçon qui dort dans la chambre est Lucien. La chaleur est un touché rouge...

Après un moment dans le monde magique, il est temps pour Benjamin de rentrer à la maison. Fatigué mais heureux, il traverse le miroir pour se retrouver dans la salle de bain. Il est bien décidé à retourner bientôt jouer avec Lucien car il ne peut y aller qu’en étant enfant.

Ce livre pour enfant est plein de perceptions colorées et d’images. Il montre joliment que certaines choses qui n’ont pas de sens au premier regard, en possèdent un au second. Une question comme « Quel est le goût du vert ? » peut paraître étrange en premier lieu mais on remarque bien vite que plusieurs réponses sont possibles. Il suffit de penser aux multiples saveurs que produisent les plantes et que nous pouvons déguster en tisanes. Il y a bien plus qu’un goût du vert. Le livre nous invite à nous poser souvent cette question Les deux enfants s’amusent en toute insouciance dans leur monde magique et ils se laissent griser par leurs sens en ouvrant consciemment les canaux de leur perception sensorielle. 

N’oublions nous pas dans la vie de tous les jours d’expérimenter, de vivre intensément ? Les enfants sont beaucoup plus libres de se consacrer entièrement à l’instant. Pour moi, « Au-delà des couleurs » est une occasion idéale de montrer aux enfants comment ils peuvent apprendre, découvrir certaines choses. Et nous les grands, nous pouvons aussi grandir avec ce livre.

Le décor change souvent dans ce livre et les perceptions de Lucien et Benjamin sont décrites avec beaucoup d’amour et de détails. Parfois, l’histoire me semble presque psychédélique ce qui laisse beaucoup d’espace pour son imagination personnelle.

 Peut-être que pour l’un ou l’autre des lecteurs, l’expression d’ « odeurs des couleurs » laissera automatiquement surgir le mot synesthésie à l’esprit. Synesthésie signifie : percevoir ensemble. Effectivement, cette expression trouve son utilité dans différents secteurs : dans l’architecture comme dans la conception graphique, le « percevoir ensemble » de plusieurs sens est très important. La synesthésie était aussi un outil stylistique majeur pour le romantisme. En général on peut donner une grande valeur au travail artistique résultant de la communion des sens. Même lorsque nous écoutons de la musique sur nos ordinateurs et que nous voyons des formes et des couleurs, nous pouvons utiliser ce mot.

 La genuin synesthésie est pour la neuropsychologie d’un grand interet. Genuin signifie « vrai » ou inné. Dans ce cas, il s’agit de personnes qui activent automatiquement d’autres sens pour une perception donnée. C’est pourquoi les synesthésistes voient des formes et des couleurs qu’ils ne peuvent ignorer lorsqu’ils écoutent de la musique - au contraire des synesthésies d’ au-delà des couleurs qui sont toutes volontaires et conscientes.

 Dans le livre, la question « Quel est le goût ou l’odeur d’une couleur ? » est d’importance. Dans la genuin synesthésie on se posera plutôt la question : Quelle couleur a une odeur ou un goût ? Pour un synesthésiste le goût d’une fraise n’est pas forcément rouge. Dans la « vraie » synesthésie c’est le goût qui fait la couleur, indépendamment de la couleur originelle de la source du goût, ceci, juste pour faire la différence.

 « Au-delà des couleurs » est plein de synesthésie colorées et personnellement, je ne peux qu’en recommander absolument la lecture pour les enfants ou les adultes, égal si c’est avec ou sans genuin synesthésie.

Tortue Marisa JacobiLe critique est expert pour la synesthésie et dirige le site internet www.synaesthesia.com

Vous pouvez également lire l’interview « Welche Farbe hat das A ? » Der Zugang zur synästhetischen Wahrnehmungswelt kommt nicht ganz automatisch *. Avec Marc Jacques Mächler dans la rubrique « Eine Frage der Kultur » ** sur librikon.de ***.

 

* « Quelle est la couleur du A ? » L’accès au monde des perceptions synesthésique ne vient pas automatiquement.

** « Une question de culture »

*** Site exclusivement en allemand

Au-delà des couleurs - Ils en parlent - Extraits des couleurs - Le spectacle