Vous avez dit Messie ? FIN

Du 28 06 2008 § 17 Commentaires § Mots-clefs : , , ,

Das Tier mit den zehn Hörnern und das Tier mit den Lammshörnern

DEFENSE DE MOURIR SUR LES PELOUSES

Je me dirigeais de nouveau vers le fleuve. Ne sachant pourquoi, comme s’il pouvait m’aider.
Je repensais à mes nuits de tropiques avec Hortense et la chaleur de ces souvenirs m’aidait à lutter contre le froid intense.
La musique écœurante d’une communication divine me sortait brutalement de ma rêverie.

« – Mon fils !
– Oui, papa ?
– Tu as fait du bon travail !
– Non, papa, j’ai tout salopé.
– Jesus…
C’est moi qui ai tout salopé comme tu dis. Je n’ai pas trouvé le conseiller que je cherchais. Aucun ne croyait en moi ou était digne de venir travailler à mes cotés.
Je te ramène à la maison !
– Merci papa, j’en ai marre de toute façon.
– J’ai sous-estimé les humains cette fois, comme j’avais sur-estimé les dinosaures.
J’apprends de mes erreurs, le prochain monde sera différent.

Je glissais lentement dans une torpeur glaciale, je ne sentais plus mes mains et mes pieds me faisaient souffrir atrocement.

– Ça fait mal aux pieds papa ! Comment tu le vois le prochain ?
– Oh, je ne suis pas encore décidé… Peut-être les limaces ? J’aime bien ces animaux là. On peut les suivre à la trace et puis elles sont pas trop compliquées. Des insectes ? Des végétaux ? Je ne suis pas décidé.
– OK, papa ! Qu’il en soit selon ta volonté. »

Je pensais à toutes ces souffrances, ces espoirs, ces morts et ces pleurs.
Je pensais à la petitesse et à la grandeur humaine.
Je pensais à l’amour.
Je pensais : « tout ça pour rien ! » mais je n’en voulais pas à papa, je savais qu’il nous aimait.

Je sombrais lentement au fond d’une mer entourant un Gondwana sombre et sauvage.

« À tout à l’heure mon fils ! »

La communication était interrompue.

La police communiquait à la presse qu’elle avait retrouvé le corps gelé d’un SDF identifié comme Jesus Bertrand. On ne lui connaissait pas de famille.
La presse s’enflammait du énième SDF, mort gelé, la faute au laxisme du gouvernement.

Sandrine et Raymond faisaient l’amour.
Les simulateurs de l’asile simulaient au chaud.
Lucien pleurait sur la fosse commune du cimetière municipal, cherchant sa Ginette.
Le colonel Chartrain se curait le nez, au chaud dans son bureau.
Les jumeaux Bigeard étaient réunis pour une fête de famille.
Le Docteur Massu enterrait sa mère.
Les vilains essayaient d’apprendre le latin à Chartres pour dire la messe selon la pure tradition.
Jean et Marc étaient fin bourrés.
Le sergent Germain, en permission, jouaient avec ses enfants.
Monsieur Lafrin pleurait devant le contrôleur du fisc.
Jean-Louis rigolait dans sa petite bulle d’univers.
Hortense baisait sans protection avec un assisté social qu’elle hébergeait dans son appartement.
Les orphelins orphelinaient, les gendarmes gendarmaient, les cathos
Les pédophiles pédophilaient, les CRS s’ennuyaient.
Les sans-papiers tentaient de vivre, comme tous les autres.
Les extrémistes religieux menaçaient, posaient des bombes.
La routine quoi !
Euh et toi ? Qu’est-ce que tu faisais ?

Et puis ce fut l’Apocalypse.

FIN

Image – Das Tier mit den zehn Hörnern und das Tier mit den Lammshörnern – Matthias Gerung – 1530-1532 – Licence :

Public Domain

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page des romans courts

{lang: 'fr'}

17 Commentaires

  1. sarah frane dit :

    c’est extraordinaire ce que tu écris, j’aime toujours autant ton style, quoique tu écrives!
    je voulais te parler de la petite fille, tu sais, papa a perdu à 1-2-3- et il est parti, elle voit ses 2 parents, un w-end chez l’un, puis chez l’autre, et elle a un frère qui a 3 ans de plus qu’elle, son papa est parti avec son bac +10 faire sa crise d’adolescence, il ne voulait plus vivre « en famille » , mais il est resté un gentil papa, j’espère qu’il en sera de même pour ta fille, les enfants, ils faut leur donner des tonnes d’amour pour qu’ils arrivent à garder l’équilibre, enfant de divorcés moi-même, je sais de quoi je parle, mais chez nous c’est un atavisme, moi, ma fille, ses enfants, 3 générations d’enfants de divorcés, amitiés thierry

  2. yannick dit :

    bonjour thierry, je me suis régalé à lire ce texte. au début j’ai franchement ri puis j’ai été attendri. quelle bonne idée de mêler Jésus à ceux qui sont abandonnés de Dieu. ce sont les passages les plus beaux, les moments d’humour faisant passer les moments plus graves. toute ton humanité transpire dans ce texte et ton imagination fait merveille. tu as si bien cerné notre monde avec ces abominations et ses trop rares moments de bonheur. tu as vraiment le don de l’écriture et un humour dévastateur servi par une grande culture. maintenant il me tarde de lire ces textes et d’autres sur support papier; je serais très content que tu sois publié.
    encore merci pour ce grand moment de littérature.
    amitiés
    Yannick

  3. tby dit :

    @yannick: Merci Yannick
    Tu vois ca me fait particulièrement plaisir cette appréciation de ce texte qui d’après moi n’a pas eu le succès qu’il méritait. Je me réserve le droit de faire un article de promo pour cette nouvelle en mettant ton commentaire dans un article pour inciter les nouveaux lecteurs à une bonne tranche d’émotion zygomatique et autre.
    Merci
    Amitié
    Thierry

  4. olga dit :

    J’ai lu d’une traite ton « vous avez dit messie ». Retrouver la bible dans « les temps modernes », amusante analogie. Jusqu’au mur qui s’écroule, comme celui de Berlin…
    Sourires, angoisses,tendresse. Les malheurs de notre société dans tes mots.

  5. tby dit :

    @olga: Merci Olga. Merci du temps pris pour la lecteure et de me retransmettre les émotions ressenties à celle-ci
    Amitié
    Thierry

  6. gdblog dit :

    Excellemment terrible!!! Ou terriblement excellent!! je ne sais pas … un régal à lire!
    Bravo!!!

  7. tby dit :

    @gdblog: Merci, je vais rougir
    Amitié
    Thierry

  8. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Le père de Jésus salope le boulot. En cherchant à améliorer le monde, il ne fait que des erreurs. Il ferait bien de réviser sa copie, car il y a urgence de sa part, à venir mettre un peu d’ordre dans les droits de l’homme.
    Le Messie est un SDF retrouvé mort de froid.
    L’auteur narre l’histoire avec un talent qui fait douter le lecteur, sur l’existence d’un Jésus, fils d’un père qui est au ciel…ou tout simplement d’un malade mental.
    Ce qui est certain, c’est qu’il est un chaud lapin qui aime offrir son Jésus, à la gente féminine. Là, je veux bien me convertir, et le suivre fidèlement comme apôtre !
    Malheureusement, Dieu et sont fils ne parviennent pas à rendre l’humanité meilleure.
    Le père tout puissant, est fatigué de la bêtise humaine et suggère de se lancer dans l’élevage de limaces.
    Puis ….c’est l’apocalyspce…?
    Cette lecture est un véritable régal. L’auteur ne manque pas d’humour et parvient même à y mêler une certaine révolte sur la misère du monde.
    A lire et à relire, sans aucune modération.
    Amitié.
    dédé.

  9. tby dit :

    @dédé: Merci Dédé du matin
    Tu m’as fait revivre les aventures de Jesus Bertrand au fil de ta lecture et de tes commentaires
    Merci
    Amitié
    Thierry

  10. Edouard dit :

    Moi? Je te lisais, et me régalais !
    Bravo Thierry de me dérider ainsi….un petit lifting virtuel et ô combien spirituel !
    .-= Edouard son dernierblog ..ET DIEU CREA… =-.

  11. Odile dit :

    C’est un tour de force .. tout de même . que celui de rendre humain .. Dieu ..
    tu sais .. tu m’avais conseillé de lire … vous avez dit Messie .. pour que mes zygomatiques .. retrouvent leur sourire légendaire ….
    certes j’ai beaucoup ri ..mais ce que je retiens surtout .. c’est que c’est … un petit Chef d’oeuvre … « un Traité d’Humanité » ..
    d’ailleurs .. j’ai hâte .. que tu le mettes en boutique .. car je l’offrirai .. à certains ecclesiastiques .. de ma connaissance … et leur proposerai .. qui soit sujet d’étude .. en cours de théologie ..
    Merci …très.. très beaucoup …
    bon après -midi
    je t’embrasse
    odile

    • tby dit :

      @ Odile : Merci pour ce compliment, pour toucher l’Humanité, il faut parfois passer par des sentiers détournés, par des altitudes insoupçonnées et par des voies impénétrables. Je t’embrasse et merci de tes commentaires. Thierry

  12. Odile dit :

    Bonsoir
    Contente que ce « Petit Chef d’Oeuvre » .. ait pris la route d’un éditeur ….
    Et pour ce faire .. cela ne tient pas d’un mmiracle …
    sourire
    bonne soirée
    Odile

    • Thierry Benquey dit :

      @ Odile : Un petit miracle… Sourire. Jesus est en route mais n’est pas encore arrivé. On reparlera de miracle lorsqu’il sera sur papier. Belle journée. Thierry

  13. Odile dit :

    je me suis mal exprimée ..
    je voulais dire .. que c’était dans l’ordre des Choses ..; et que cela ne tenait pas du tout du miracle ..
    d’ailleurs je suis persuadée… que les exemplaires .. se vendront comme des pains … et qu’il faudra une multiplication … si, si !
    Bon après’midi
    Odile

Laisser quelques mots