Articles avec le mot–clef ‘taliban’

Miniature de l'image de l'article

Hazârajat ou le pays des larmes. FIN

Le voyage fut long et périlleux. Les américains avaient un grand souci de préserver la vie de leurs guerriers et tiraient souvent sur tout ce qui bougeait. Arrivé à Kaboul, je cherchais ma sœur et sa famille. J’y trouvais une place pour dormir avec vue imprenable sur la rue, l’immeuble ayant perdu sa façade pendant […]

Miniature de l'image de l'article

Hazârajat ou le pays des larmes. (6)

Le camion stoppait et nous en sautions rapidement. Les autres étaient excités et se disputaient pour savoir qui aurait l’honneur de devenir un Ghazi en tuant un ennemi de l’Islam. Préoccupation ridicule pour un afghan qui devient un Ghazi en combattant les agresseurs étrangers. Une scène effroyable s’offrait à mon regard et j’aurai souhaité être […]

Miniature de l'image de l'article

Hazârajat ou le pays des larmes. (5)

Le corps de ma mère reposait à peine en Hazârajat que mes supérieurs m’envoyaient en mission d’espionnage dans le Yakaolang. Ils voulaient mettre à profit mon physique Hazâra afin de récolter des informations sur les intentions de Khalili et de sa bande. La rumeur s’amplifiant que celui-ci rentrerait en campagne dans les prochains jours. J’allais […]

Miniature de l'image de l'article

Hazârajat ou le pays des larmes. (4)

Je passais l’année 2000 à effectuer, aussi bien que possible, mes devoirs de taliban et ceux de mon nouveau statut de chef de famille. Les devoirs d’un taliban en pays chiite étaient réduits à leur plus simple expression. Nous devions patrouiller dans la ville afin de nous assurer que la loi coranique était respectée comme […]

Miniature de l'image de l'article

Hazârajat ou le pays des larmes. (3)

Les premiers temps à Bâmiyân j’étais perdu. Je ne rendais pas visite à ma famille et je faisais tout mon possible pour éviter le contact avec quelque Hazâra que ce soit. Ce qui je dois l’avouer était un tour de force au cœur de notre pays. Mon chef appréciait hautement cette retenue J’essayais de me […]