Live !

Du 08 04 2008 § 7 Commentaires § Mots-clefs : , ,

statuette

La naissance…

Je.
Tu.
Moi.
Elle.
Nous…

La pièce a disparu, il ne reste qu’un fond de couleurs.
Je me sens inutile et pourtant tes ongles labourent ma chair, comme un partage.
Des ondes de douleur translucide irradient l’atmosphère, c’est ton ventre qui pulse la vie.

Tu cris et tu gémis, je gémis moi aussi…

Une voix étrangère, presque grossière, déchire ma conscience. « Pousse ! Pousse ! »
Puis cette voix s’éteint, sous la vague de ta chaleur, sous le bruit de ton coeur.

Je faiblis, je disparais, je m’atomise, j’agonise…
Toi, tu brilles…
Tu es gigantesque, une louve accroupie sur le lit, parfois tu souris…
Et les hurlements reprennent, comme une musique ancestrale, comme une tempête australe.
Tu grandis, tu emplis l’espace, il ne reste que toi, tu es Pacha Mama, tu es la première femme.

« Je t’aime ! »

Je sursaute en reconnaissant le son de ma voix.
Honteux de troubler cette cérémonie.

Tes yeux me répondent, « Ich liebe dich ! » et nous atteignons le centre du cyclone. Je retombe lourdement sur le lit, pendant que tu sembles planer, comblée, au-dessus de ma tête.
La pression de ta main sur la mienne me ramène auprès de toi, je goûte le sel de ta sueur, le sel de tes larmes.

Et puis…
Et puis la terre tremble, un volcan surgit brusquement, sa lave étincelante me fouette le visage. Je suis perdu…

Un instant, une seconde, tout se fige, je regarde étonné cet enfant qui est là.
Je la prends dans mes bras, dépose un baiser sur son front.
Elle me regarde et dans ses yeux, je comprends: « Mais pourquoi toute cette agitation ? »
Je la dépose sur ta poitrine, tu refermes tes bras et lui souris.

Je n´existe plus puis je renais.

Tu.
Je.
Moi.
Lui.
Nous…

Merci de tout coeur, ma femme, les femmes, pour ces instants inoubliables…
Et vous, les garçons qui me lisent, n’allez pas à l’armée pour devenir des hommes, assistez plutôt à une naissance…

Bouton de la page d'accueil

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Bouton de la page poésie

Image
Bibi Saint-pol
– licence :

Domaine public

{lang: 'fr'}

7 Commentaires

  1. edouard dit :

    Délicieux. ça se déguste comme une panade d’amour. Renaître à la vie, à l’amour..comme des phénix las de certains combats onanistes..

  2. Edouard dit :

    Très émouvant. Je n’ai pas encore eu cette chance, mais j’imagine.

    • tby dit :

      @Edouard
      Et dans ce cas, l’imagination montre une grande faiblesse.
      Je te souhaite d’assister à un accouchement, pas forcemment de ton enfant, c’est un moment extraordinaire
      Amitié
      Thierry

  3. Sandy dit :

    Bonsoir!
    Je ne peux qu’applaudir ta vision et ta narration si juste de ce moment précieux : celui qui transforme irrémédiablement tout être et lui fait comprendre pourquoi il est sur cette terre.

    Amitiés et bises!

    • tby dit :

      @ Sandy : Merci Sandy, oui, c’est un moment extraordinaire, tellement extraordinaire que je comprends les femmes qui ne veulent pas un homme dans le coin à cet instant. Amitié, bises et bon dimanche. Thierry

  4. Odile dit :

    Bonjour,bonjour,

    Un de ses instantanés … qui se cristalise en spontané .. à la man Ray …

    Au fur et à mesure de ton ré si .. comme à chaque fois que je franchis le seuil de ta masion’net …
    j’ai vécu chaque moment et son émotion … comme si tu me conviais .. j’ai listé les présents – un bouquet de fleurs des champs pour la P’tite Maman .. un doudou pour le Petit Bout .. une bonne bouteille pour trinquer à la petite Merveille- pour venir fêter l’Avénement..
    Et c’est fabuleusement agréable ..
    au point que je me réinvite demain ..si, si…
    sourire
    bon dimanche
    Odile

Laisser quelques mots