Les vrillettes

Du 20 12 2008 § 14 Commentaires § Mots-clefs : , ,

Xestobium rufovillosum

Un cadavre exquis reçu de la non moins exquise Pandora qui le tenait elle même de Tisseuse. Un texte réalisé par 34 mains jusqu’à présent et que je remets à Pat de Bigorre (sous réserve de son acceptation) qui s’il l’accepte devra s’acharner à savoir ce qui est advenu de cette multitude de disparus : Les vrillettes, Choupette et le fameux DTC, sans même évoquer Magali et Dimitri… Et oui, personne n’a vu les corps.

 

Les liens vers Pandora, Tisseuse de liens et enfin pour la suite Pat de Bigorre.

Afin de découvrir le début de ce cadavre exquis, je vous invite à aller chez tisseuse.

 

(Tisseuse)

« Une explosion » crie une femme, « et à présent un nuage toxique ! ». « C’est quoi ce bâtiment ? C’est bien l’antenne de l’université de biologie ! » « Mais qu’est-ce qui se passe là dedans ? » Des cris fusent de partout, une pagaille indescriptible. Je ne peux ni avancer, ni reculer, pris en sandwich par deux bagnoles. Il ne faut surtout pas que je me fasse repérer par les flics, avec un flingue sur moi….J’ouvre la portière, et m’extirpe de la voiture, ni vu ni connu. Mon col roulé remonté sur le nez pour ne pas respirer cette merde, je vais essayer de me tirer d’ici. « Thibaut, c’est le ciel qui t’envoie ! » « Ben, Choupette, j’étais mort d’inquiétude pour toi, quand j’ai vu tout ce bazar. Mais qu’est-ce que tu as dans cette mallette ? Ne me dis pas que tu transportes encore tes bestioles, enfin, heu….tes expériences ? Ce ne sont pas elles qui ont flambé dans l’explosion ? » « Heureusement non, c’est un imbécile de prof qui n’a pas su maîtriser une réaction en chaîne : Dimitri Terpov. » « Dimitri, alors tu avoues ? » « J’avoue quoi, que je suis en guerre professionnelle avec ce type depuis trop longtemps, et que j’espère qu’il va crever dans son labo. Et bien, si tu veux, j’avoue, mais ce n’est pas moi qui ai mis une bombe là dedans. » Bon, je n’y comprenais plus rien, les photos de tout à l’heure étaient-elles un montage, ou bien Choupette était l’arrière petite fille de Mata Hari, et moi le roi des cons ? »

 

(Pandora)

Mais tout d’un coup Choupette blêmit et manque de tomber et surtout de lâcher sa mallette (et son contenu). « Magali est là-bas, il faut que j’y aille ! ». Comme je lui demande qui est Magali, elle me répond, contemplant le bâtiment en feu d’un air désespéré. « C’est ma sœur jumelle, elle devait passer aujourd’hui au labo ; elle en pince pour ce salopard de Dimitri ». Quand mon portable sonne, indiquant : « Nettoyage effectué au labo ce matin. Tu vas devoir te trouver une autre nana. », je comprends que cet accident est donc tout sauf accidentel. Fred a dégommé Dimitri et Magali en croyant avoir tué ma Choupette. Dois-je lui dire ? Le cliquetis des affreuses bestioles donne à ce moment l’intensité de la question finale dans un jeu télévisé célèbre. Quel sera mon dernier mot ce soir ?

(Thierry Benquey)

Mon cerveau passe tout à coup en mode survie. Je me précipite derrière Choupette, il faut faire vite j’entends déjà les premières sirènes. Je la rattrape et la tire violemment en arrière.
“ – Mais qu’est ce qu’il te prend ?
– Tu viens avec moi ! Magali et Dimitri sont mort !
– Mais tu me fais mal !”
Je lui montre mon Manurin et m’efforce de prendre l’expression la plus effrayante possible.
“ – Tu viens avec moi et tu te tais, sinon…
– Sinon quoi ?
– Sinon ils vont t’envoyer rejoindre Magali et Dimitri. Viens, il faut faire vite.”
Elle prend cette moue qui m’exaspère mais elle se laisse faire. Je la pousse devant moi. Arrivé sur le trottoir…
“ – Merde la mallette ? Je l’avais oublié… Je l’avais laissé là… Elle n’y est plus ???”
Choupette est paralysée. La perte successive de sa soeur et de ses insectes chéris… Elle ouvre la bouche comme si elle allait crier. Je lui colle une droite et la pousse dans la voiture. Personne n’a rien remarqué, ils sont tous tournés vers les secours et le lieu du drame.
Choupette pleure doucement, je pense “Chiale ! On ne pleure que lorsqu’on est en vie.”
Elle reprend du poil de la bête lorsqu’elle reconnaît le quartier. On est à la maison. Cette moue exaspérante revient mais elle se tait. Nous montons à l’appartement. La porte est grande ouverte… Je sors mon arme et fait signe à Choupette de rester là où elle est. Personne.
Je fonce dans la chambre et là…
La commode Louis-Philippe de ma grand-mère est vidée de son contenu. Je cherche le DTC, rien… J’ai du mal à avaler ma salive. Soudain je remarque un petit trou ridicule à l’emplacement où se trouvait le paquet ce matin. Il y a un peu de sciure comme si on l’avait repoussé pour pouvoir pénétrer plus avant… Le ciel me tombe sur la tête. “Au moins une de ces foutus bestioles a été en contact avec le DTC… J’suis foutu !”
Je me précipite sur le palier et c’est le bouquet. Choupette a disparu !

La suite chez Patrick donc… Allez Patrick ! Allez Patrick !

Image – Sarefo – licence :

Licence Creative commons bysa

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page de l'auteur

{lang: 'fr'}

14 Commentaires

  1. Tisseuse dit :

    de rebondissements en rebondissements, l’aventure continue !
    et je souhaite « bonne chance » à Patrick :)

  2. pandora dit :

    Je vois que cette histoire est loin d’être finie et je souhaite du courage à Patrick, parce qu’il va falloir encore être imaginatif ;-)
    Bon week end Thierry

    • tby dit :

      @ Pandora : Oui, il va falloir que les prochains prennent des décisions courageuses que je n’ai su prendre. Sinon, nous aurons l’équivalent de Dune de Herbert sur le dos. Rire. Amitié et bon week end à toi également. Thierry

  3. Les vrillettes dit :

    […] Lire la suite sur : Le blog de Thierry Benquey Url de l’article : Les vrillettes. […]

  4. hervé pizon dit :

    oui… bon courage Patrick !

  5. Flopso dit :

    bonjour,
    C’est vrai que lire des textes longs sur écran n’est pas du tout agréable. Je suis la première à me décourager en cours d’article quand il y a trop de texte. C’est dommage mais je n’arrive, comme beaucoup, à lire les textes longs que sur papier.
    En plus cette publication t’a porté préjudice apparemment!
    Bonsoir.
    Je me suis abonnée à votre newsletter, j’ai de l’intérêt pour ce blog.
    A bientôt.

    • tby dit :

      @ Flopso : Oui, les textes longs sont difficiles à lire à l’écran. C’est pour cette raison que je limite mes textes à 2 pages A4 bien aérées et que j’ai mis à disposition la fonction imprimer (en début d’article la petite imprimante). Merci pour l’abonnement, je m’acharnerais à ne pas te décevoir meme si le blog va surement tourner au ralenti pendant les fetes. Amitié. Thierry

  6. Christian dit :

    Toujours réjouissants et exquis ces cadavres-là, au fil de plumes rebondissantes à souhait. Et l’art, avec toi, de faire rondement cliqueter un manurin près d’une commode Louis-Philippe! Et oui, aussi…Compte-tenu de l’inivitable longueur de l’exercice (qui pourtant ne saurait décourrager), on l’utilise volontiers la précieuse fonction « imprimer »…
    Amitiés.

  7. TiBo dit :

    Merci de ta collaboration !!

  8. […] , Fred, Ardalia, Musarder, Kitty, Fanette, Sebi, Aude, Janeczka, Caro, Ondine, Tisseuse, Pandora, Thierry Benquey et Pat de […]

Laisser quelques mots