Le contraire

Du 20 11 2010 § 130 Commentaires
{lang: 'fr'}

Related posts:

130 Commentaires

  1. sara do dit :

    ho! ho! ça promet !!!
    sacré petit bonhomme de Tom,
    la suite, j’attends patiemment ;o)

    d’étoilement
    sara do

  2. joli début, il m’est bien sympathique le petit Tom, et ses blagues pas trop méchantes pour l’instant…

  3. Sabrina dit :

    J’ai ri de bon coeur…et encore…!
    Bravo!

    Bien à toi,
    Sabrina.

  4. Patrick dit :

    Salut ami Thierry !
    j’aime beaucoup cette nouvelle et sa première partie est de bonne augure pour la suite.
    Ton talent de conteur fait des merveilles et j’aime beaucoup le ton de « Le contraire » entre nostalgie et ironie. Nostalgie de l’enfance et ironie dans ta façon de narrer, d’interpeller le lecteur, de l’entraîner à ta suite, de le tenir en haleine en t’adressant directement à lui.
    j’attends la suite tout en me demandant ce que Thierry nous réserve…
    Amitié.
    PAT

  5. Patrick dit :

    Cette deuxième partie est passionnante de bout en bout. Le ton que tu as trouvé est remarquable et l’on se demande qui s’amuse le plus : Tom ou Thierry ? est-ce thierry qui a soufflé à tom ces tours pendables.
    Et en grand conteur, tu nous interpelles, tu nous invite, heureux lecteurs, à participer
    Derrière l’humour et l’ironie, les rires et les sourires à la lecture de ces espiègleries, la magie opère : je pense à l’enfant que j’étais (en plus sage !!!).
    Ton tour de force est également de distiller une gravité sous-jacente (l’orage à venir en est l’illustration parfaite). la gravité perce, s’installe et je m’interroge : que nous réserves-tu ?
    Amitié.
    PAT

  6. toujours aussi passionnant, il est terrible ce Tom !

  7. Patrick dit :

    Cher Thierry,
    Que j’aime cette nouvelle ! je suis les aventures de Tom avec un plaisir rare et une attention qui s’accroit de phrases en phrases;j’applaudis tout en jubilant (c’est difficile mais j’y arrive !) à la lecture de certaines trouvailles stylistiques et ce ton inégalable et inégalé.
    Ce qui m’impressionne, c’est ton talent de narrateur, cette faculté à créer une ambiance (le passage avec l’orage est d’une grande force poétique), à donner de l’épaisseur à tes personnages, à émouvoir, à faire sourire, à nous parler par delà les mots.
    j’aime le ton qui change petit à petit et ces contrastes que tu insuffles à ton écriture.
    Tout simplement merci.
    amitié.
    PAT

    • tby dit :

      @Patrick
      Je rigole Patrick parce que je viens de passer sur ton blog pour le commenter. Nous sommes on-line en meme temps, toi dans mon monde et moi dans le tien. J’adore cette situation.
      Merci de tes commentaires
      Thierry

  8. Patrick dit :

    Une grande tendresse se dégage de cette 4ème partie et la phrase finale, cette interpellation du lecteur pour le prendre à témoin (l’ART DU CONTEUR)est une belle trouvaille. Tu parles de la culpabilité d’un enfant avec une grande finesse psychologique. Et le trouble qui s’immisce dans l’esprit est restitué avec simplicité et retenu. Le dialogue intérieur, ces interrogations douloureuses sont d’une sensibilité magnifique. Et une grande nostalgie m’a envahi lorsque tu as parlé du « dernier des mohicans ». Je donnerai tout pour redevenir un enfant, juste le temps de le relire.
    je ne l’ai pas encore écrit en commentaires, mais tes photos sont superbes et restitue parfaitement l’ambiance de cette nouvelle et, au delà de ton univers (même la photo de la tortue…si…si…si, très symbolique la tortue…)
    Amitié.
    PAt

    • tby dit :

      @Patrick
      Merci Pat, je ne doutais pas que la symbolique de la tortue ne t’échaperais pas.
      Quant au dernier des Mohicans, j’ai ressenti la meme nostalgie, l’ayant lu dans mon enfance et déjà à l’époque j’avais du mal a ressentir quoique ce soit pour les anglais (rire) (sorry)
      Amitié
      Thierry

  9. Patrick dit :

    Génial. je n’ai rien vu venir. Le glissement sensible qui s’opérait dans les autres parties de ta nouvelle prend ici toute son ampleur. Cette intrusion du fantastique (comme j’aime bien faire mon intéressant, je précise que le fantastique par définition c’est quand des éléments inexpliqués perturbent le cours des choses et s’immiscent dans la réalité) est magistrale. le ton change, le « conte » tourne au « cauchemar », nous perturbe car nous nous interrogeons. et les interventions du narrateur ont disparu, ses remarques ne sont plus là pour nous rassurer, nous pauvres lecteurs qui nos demandons ce qu’il va se passer.
    merci.
    amitié.
    PAT

  10. milady write dit :

    j’ai enfin rattrapé mon retard! pas de bête à torturer ni de feu ici? cauchemar? sûrment…

  11. milady write dit :

    ah ah les péripéties du ptit bonhomme. ça me fait un peu penser à l’histoire sans fin avec toutes ces droles de rencontres (bien que pas la même histoire!)
    j’attends la suite

  12. Il est bon parfois de n’avoir le temps au jour le jour de lire.
    Du coup en ce samedi soir de fièvre (sic), je lis d’une traite les 7 premières parties du « Contraire », d’un seul coup me voilà happée, et de mieux en mieux, et suspendue à tes mots. Ce que je critiquais au début à savoir les explications du comment et pourquoi disparaît, ton style devient tien, celui que nous connaissons sans jamais nous en lasser, les questions à l’Humanité, les échos de ce qu’on peut percevoir si on y prête l’oreille et les yeux, ta générosité de faire entendre du particulier à l’univerel. Merci. Part 8 ? OUI !
    Emma

  13. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Coq frustré au milieu de ses poules, alors que son chant matinal s’est soldé par un couac, grâce au bêtises du petit Tom.
    L’enfant n’est pas avare pour faire des blagues qui ne sont pas trop méchantes…pour l’instant.
    Dans ce début d’histoire, l’auteur ne manque pas d’humour.
    Ange ou démon ? la suite du comportement du gamin, nous le confirmera.
    Amitié.
    dédé.

    • tby dit :

      @dédé
      Un enfant peut avoir du mal à reconnaitre la frontière entre méchant ou pas.
      Rire au dépens des autres fait partie du patrimoine de l’humanité
      Merci de ton passage
      Thierry

  14. milady write dit :

    heummmm entre rêve et réalité…illusion, mirage, un rêve éveillé quoi! surement

  15. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Tom ressemble au Mac Greever de la blague. Il est déjà un artificier de qualité.
    Après le malheureux coq qui a perdu son autorité devant ses poules, le chien ne quittera plus sa niche, la peur ayant terrassée son agressivité. L’idiot du village restera ce qu’il est, malheureusement, avec un souvenir brûlant dans la bouche.
    L’imagination de ce gamin reste sans limites…comme celle de son auteur.
    Amitié.
    dédé.

  16. mmmmmmmmh, Tom-David qui enfin écoute, observe avant de parler et d’agir…
    Des baisers à toi, Thierry, sans lance-pierres !

    ps : pour revenir à la « part 7 » lorsque je suis sur la « part 8 », je suis obligée de remonter à la 1 et de cliquer sur « suite… », y a-t-il un moyen plus direct ?

  17. Arc-en-ciel dit :

    Ah ! tellement prise dans l’histoire que j’ai cliqué sur à suivre ! mais patience ! ! ! Merci Thierry pour cet excellent conte, inutile de te dire que j’attendrais impatiemment la suite… amitiés, doux bisous.

  18. annecdote qui ne fera pas avancer ton conte, mais qui nous plongera dans la réalité presque d’hier, j’étais enfant (à Berlin), je partais souvent voir une amie de ma mère qui avait une tortue nommée Sophie, je disais je vais prendre le thé avec Eva et Sophie, il y avait, sur mon passage, un gros chat posté à une fenêtre, je prenais soin de contourner de très loin ce monument qui me faisait peur jusqu’au jour où j’ai inventé l’histoire du chat que j’avais noyé parce qu’il m’avait griffée, affabulation racontée à mes grands-parents horrifiés… Depuis les chats viennent sur mes genoux, et je leur raconte des histoires de tortues ! Mais je m’égare alors que je nage en indienne avec Tom !
    Alice qui t’embrasse.

    • tby dit :

      @emmanuelle grangé
      Interessant, ce n’est pas la première fois que je rencontre ce phénomène de fusion entre histoire, réalité et mes amis sur le net.
      Peut-etre ne sommes nous que virtuels ?
      Amitié
      Thierry
      P.S. merci pour cette belle histoire qui passe si bien avec le conte

  19. Arc-en-ciel dit :

    Hi ! hi! Je viens de terminer ma lecture chez toi et je suis passée sur mon blog pour y trouver tes messages ! Bien sûr, c’est avec plaisir que tu peux utiliser ma toile en illustration, j’ai tout à fait ressentit aussi cette osmose !
    Je te fais parvenir la photo en pièce jointe; je te remercie d’être sensible à ma peinture, surtout que c’est une première, je n’avais encore jamais fait quelque chose de mon imagination ! Bisous Thierry !

    • tby dit :

      @Arc
      Merci de ton passage. Osmose est le terme adapté. Les yeux m’en sont tombé lorsque j’ai vu ton tableau.
      Il illustrera parfaitement le dernier article
      Merci mille fois
      Amitié
      Thierry

  20. Patrick dit :

    Je suis chanceux. absent pendant une poignée de jours, je reviens et que vois-je : mon ami Thierry a mis en ligne la suite de cette nouvelle que j’aime tant !
    La nouvelle ici s’aventure avec bonheur dans le territoire enchanté du conte. et quand c’est le NARRATEUR Thierry qui est aux commandes, cela donne des pages de cette trempe : humour, féérie, tendresse, mystère et envie d’en savoir plus. On emprunte le chemin avec Tom, on l’accompagne et on frémit avec lui.
    Bravo et merci !
    Amitié.
    PAT

  21. Patrick dit :

    Tout à l’heure je suivais Tom. Maintenant je cours après lui et ne veux surtout pas qu’il m’échappe. « Le contraire » est une grande réussite et j’aime ces enchevêtrements de tons, ce style généreux et cette humanité débordante. Tu as de sacrés de trouvailles et ton talent de conteur quand tu es en état de grâce comme ici est éblouissant.
    Amitié.
    PAT

  22. Patrick dit :

    Tom a du courage à revendre et j’apprécie ses aventures avec une âme d’enfant. retrouvée. Tu réussis à maintenir un rythme incroyable, sans temps mort et j’apprécie ton sens des dialogues qui alternent avec des périodes de narration (ça c’est l’arme secrète du narrateur…).
    Je suis content et gâté : une 9ème partie ! OUAIIIIIIIII !
    Amitié.
    PAT

  23. Patrick dit :

    grande réussite que cette 9ème partie. j’ai beaucoup apprécié ton humour et la façon dont tu joues avec les codes du conte (le chat félix et loup ysengrin) et ce questionnement ironique adressé au lecteur (rêve/réalité). Et l’humour félin !!! j’en miaule de rire.
    amitié.
    PAT

  24. Tu as écrit un véritable roman, je vais aller voir la suite, car le petit Tom a bien des choses à se (faire) pardonner on dirait…

  25. aïe aïe aïe, ça se précise…

  26. Patrick dit :

    Tu joues avec nos nerfs et ne nous accorde aucun répit, nous abandonnant, nous pauvres lecteurs à nos interrogations. La fin en ce sens est remarquable. Après un passage où la tension retombe un peu, ce que nous lisons ensuite nous plonge à nouveau dans les ténèbres de mystère.
    merci.
    Amitié.
    PAT

  27. Belle histoire, pleine d’humanité, et si bien écrite, j’attend la conclusion, mais déjà, tout s’éclaire et s’éclaircit pour Tom comme pour nous !

  28. Patrick dit :

    Certains nuages se dissipent mais des zones d’ombre persistent. La portée symbolique du double trouve ici une bien belle illustration. Derrière l’angoisse et les peurs enfantines, le parcours initiatique de Tom est un conte formidable dont j’attends LA SUITE !!!
    Merci.
    Amitié.
    PAt

  29. quand viens-tu dîner à la maison ? histoire de se pincer pour vérifier le réel !@tby –

  30. j’attend la suite avec impatience…De plus en plus attachant ce petit garçon !

  31. Arc-en-ciel dit :

    Moi aussi j’attends la fin avec impatience Thierry! La merveilleuse aventure de Tom, méritera une seconde lecture afin de bien m’imprégner de toute sa symbolique… vraiment d’une grande richesse ! Merci Thierry, bonne journée !

  32. Nathalie J- dit :

    Sacré Tom :) Je reconnait les garçons de mon village quand j’étais enfant !

    Quelle belle plume Thierry ! Je vais lire la suite

  33. yannick dit :

    ah il était temps que « Tom Sawyer » ait une leçon!!!
    Bravo Thierry pour ce conte extraordinaire qui m’a fait passer un très agréable moment. On sent toute ta

  34. yannick dit :

    grande imagination et l’écriture très fine vaut autant pour les grands que pour les petits. d’ailleurs j’espère qu’un jour un grand nombre de lecteurs pourra se régaler de ce conte.
    pour finir, je dirai comme un guerrier contraire : je n’ai vraiment pas aimé ce conte lol
    amitiés yannick

    • tby dit :

      @yannick
      Merci Yannick.
      Ton appréciation m’est d’un grand réconfort car j’apprécie également ta plume, tes fiches de lectures et tes textes.
      Au plaisir de te lire
      Thierry

  35. Patrick dit :

    Ce soir je m’installe tranquillement devant l’écran de mon ordinateur et je retrouve avec grand plaisir mon ami Tom. Dehors, il pleut et c’est ma veillée à moi sans le feu de cheminée.
    Cette douzième partie tient toutes ses promesses et le mystère peu à peu se dissipe, le titre énigmatique, « Le contraire » commence à se dévoiler. Et j’apprécie toujours autant ton talent de narrateur, de raconteur d’histoires qui trouve ici ses lettres de noblesse. Tout s’enchaine, coule de source et a une fluidité incroyable.
    Amitié.
    PAT

  36. Patrick dit :

    Changement de décor et tendresse infinie dans cette 13ème partie. J’ai beaucoup apprécié les références aux amérindiens et à leurs croyances. Sur ton blog « Wasicu », tu leur rends un hommage magnifique et je n’ai pas encore pris la peine de saluer le travail incroyable que tu as réalisé. Aussi, je profite de l’occasion qui m’est donnée pour le faire ici. Le changement chez Tom est analysé avec finesse et une délicatesse poétique pleine de silences.
    Merci Thierry. Amitié.
    PAT

    • tby dit :

      Original posté par PatrickJ’ai beaucoup apprécié les références aux amérindiens et à leurs croyances. Sur ton blog “Wasicu”, tu leur rends un hommage magnifique et je n’ai pas encore pris la peine de saluer le travail incroyable que tu as réalisé. .
      PAT

      C’est une manière pour moi de leur rendre un peu de ce qu’il m’ont donné
      Amitié
      Thierry

  37. Patrick dit :

    Grande réussite que « Le contraire ». La fin est remarquable et pour ne pas gâcher à celles et ceux qui la liront, j’en tairai le contenu pour ne rien dévoiler. mais j’en souligne la grande poésie et l’extrême tendresse.
    « Le contraire » t’a permis de démontrer, si besoin était (!), toute l’étendue de ton talent de conteur. Un vrai conteur qui tient en haleine, émeut, inquiète, attendrit, fait rire, accroche et captive l’attention de ses lecteurs. tes variations de ton, ce rythme vif, l’enchaînement des évènements, des révélations font du « Contraire » un petit bijou. Sa lecture achevée, on a des rêves plein les yeux. Et tes photos et le tableau d’Arc en Ciel sont magnifiques et illustrent à merveille ce fabuleux conte qui parlent aux plus grands comme aux plus petits. Le talent c’est çà : s’adresser à tous.
    Bravo et félicitations Thierry.
    Amitié.
    PAT

    • tby dit :

      @Patrick
      Je te remercie du fond du coeur Patrick, je dois t’avouer qu’avec la fin, je n’étais pas sûr, je doutais. Ton commentaire et celui de Yannick m’ont bien aidé à surmonter ce doute. « Le contraire » ainsi que « J’attends » sont maintenant mes deux textes préférés.
      Amitié
      Au plaisir de te lire
      Thierry

  38. sigouline dit :

    on retrouve tout ce qui te tient à coeur

  39. Arc-en-ciel dit :

    Superbe parcours initiatique ! Le périple de Tom me parle beaucoup, à travers ses personnages qui ressemblent à ceux qui m’entourent, et toute cette symbolique que j’affectionne tout particulièrement ! Tu as une très belle imagination Thierry, j’imagine le plaisir que tu as du ressentir à écrire ce conte…
    C’est un peu triste quand devenu grand Tom a perdu ses chers amis, mais il lui ont léguer une telle richesse d’amour !
    Le rêve et la réalité se rejoignent, ne font plus qu’un !
    Merci pour ce beau partage.

    • tby dit :

      @Arc
      Merci à toi pour la peinture qui parle autant à mon coeur d’auteur qu’a celui de papa et qui sans un mot peut résumer mon écrit.
      Amitié
      Thierry

  40. milady write dit :

    mais c’est une merveille que tu nous a fait là! j’ai retenu la ptite larme mdr. j’ai eu bien fait d’attendre d’avoir le temps pour déguster ce texte!
    vraiment bravo

  41. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Les jeux de tom, avec la tortue sont sadiques.
    A partir du moment où il prend conscience des dangers encourus, la peur lui devient familière.
    Le texte décrit cet orage avec des termes d’une richesse incomparable.
    Les mots sont forts et d’une poésie naturelle. Les phrases deviennent un chant d’amour lorsque Tom protège sa soeur, avec courage.
    La peur aurait-elle rendu sage le petit tom souple ?
    Amitié.
    dédé.

  42. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Métamorphose habile dans la description de l’auteur, pour annoncer la prise de conscience de tom, du mal qu’il répand.
    Le remord qui tourmente l’enfant est un écrit délicieux, où l’innocence du gosse se transforme en responsabilité et culpabilité.
    Mené avec la finesse, digne d’un psychologue, l’auteur amène le petit Tom à désirer réparer ses fautes.
    Amitié.
    dédé.

  43. lubesac dit :

    Que de tendresse dans cette famille ( ou plutôt sous la plume du conteur!excellent ce conteur!).Mais à l’extérieur, il en va tout autrement

  44. lubesac dit :

    Plus fort que « un bon petit diable »!
    Je me demande si…T. et T. Tom = Thierry ? Souvenirs? ou ce qu’il aurait voulu faire?

    • tby dit :

      @lubesac
      Devine…
      Devant cette avalanche (je suis comblé) de commentaires, je ne répondrai pas à chacun d’eux. Je te remercie Lucette de ta lecture que j’attendais avec impatience.
      Thierry

  45. lubesac dit :

    Quel talent! Quel talent de conteur!
    C’est superbe! Je suis avec Tom et je vois tout. J’ai juste eu peur quand le foin s’est enflammé que le vent ne cause quelque grave sinistre.
    Et toutes ces petites touches si vraies, comme la maman qui sursaute quand revient la lumière!

  46. lubesac dit :

    L’échelle des valeurs est différente entre enfants et adultes

    La récolte de foin brûlée est moins une catastrophe que la tortue carbonisée.
    Ah! que ces imprudences de l’innocence enfantine peuvent faire des ravages!
    Mais enchainement des conséquences:le papa pompier surchargé de travail, çà, Tom ne l’avait pas prévu.
    Où vas-tu chercher tout çà Thierry?

  47. lubesac dit :

    Mohican, ninja, orage et tortue…tout se mélange et dans cet affreux cauchemar proche du réel se mêle l’oeil noir de la conscience.Et notre pauvre ninja se liquéfie car il est maudit.Parfois une lueur! maman puis Jeanne mais vite reviens la noirceur…
    Cauchemar, réalité? Difficile de savoir où est la limite

  48. lubesac dit :

    Il n’y a que dans les contes (ou les rêves mais c’est un peu la même chose) que de tels faits peuvent se passer!
    Maintenant voici l’épreuve expiatoire.

    La tortue bien évidemment ne peut s’appeler que Sophie!

  49. lubesac dit :

    Voilà que commence le voyage expiatoire, l’heure des sacrifices et de la mission à accomplir!
    C’est superbement raconté et par moment çà m’a évoqué l’histoire sans fin.
    Je cours lire la suite

  50. lubesac dit :

    Il faut chaque fois se dépasser.Mais finalement quand l’obstacle est là il n’est plus aussi terrifiant
    Un vrai parcours de Ninja où il faut faire ses preuves!
    J’admire l’importance de chaque détail depuis le début de l’histoire :tout se tient.
    Il reste encore à rattraper le coup du chien! Cà risque d’être explosif!

  51. lubesac dit :

    Les souffre- douleur d’hier deviennent des amis et même des sauveurs. Que de leçons de morale!
    C’est un conte et pas de conte sans morale dite ou cachée.Seulement Tom commet deux erreurs: il donne le pétard à l’aigle et il mouille le chat. Punition future en vue?

    • tby dit :

      @lubesac
      Merci Lucette car au travers de tes commentaires, je revivais l’aventure de Tom. (c’est comme un fils après tout).
      Explosif pour sur, mais pour une image qui n’était pas sage.
      AMitié
      Thierry

  52. lubesac dit :

    Je l’attendais la fin!

  53. lubesac dit :

    Ah! Ce rire libérateur dans la communion et l’euphorie de tous!Qu’il est le bienvenu après tant de tension (pour les lecteurs aussi!)

  54. lubesac dit :

    Nous arrivons au dénouement de l’histoire.Encore des surprises?
    L’épreuve de contraire n’est pas si facile que l’on croit.
    En route pour « l’explosion finale »

  55. lubesac dit :

    Après le rêve, tout est beau, gentil.Tom va être à l’extérieur comme il était à l’intérieur.
    Reste la dernière manche : Gerbot, heu! Jean Marie

  56. lubesac dit :

    ….Et si c’était vrai?

    J’ai passé une superbe après midi en lisant tout d’un bloc.
    Le résultat?Je reste encore sous la magie de ce conte, encore ailleurs.

    Les victimes, devenues amies puis disparues, voilà le prix à payer.

    J’ai aimé la fin: quatre têtes penchées sur le livre,l’indien Heyoka,l’orage et la question?
    « Si nous parents posions plus souvent des questions à nos enfants? »

    Merci à Wasicu-Thierry

    • tby dit :

      @lubesac
      Un grand merci à toi surtout Lucette pour cette lecture continue et l’abondance des commentaires. Ceux-ci sont importants pour moi, je me fais une idée de tes émotions.
      Amitié et au plaisir de te lire
      Thierry

  57. lubesac dit :

    PS

    J’ai oublié
    Très belles images d’accompagnement et surtout la toile d’arc en ciel!

  58. Merci pour cette belle histoire, j’ai beaucoup aimé, les rêves ne s’arrêtent donc plus…amitiés, Véro.

  59. Nathalie J- dit :

    Les aventures de Tom le ninja sont passionnantes !!

  60. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Le remord de l’enfant se métamorphose par un rejet physique et malodorant.
    Tom, le petit homme vit un véritable cauchemar sous la plume de son créateur talentueux.
    Amitié.
    dédé.

  61. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Nous sommes au coeur de ce conte; mais n’est-ce-pas en fin de compte une démonstration comportementale d’un enfant désirant expier ses fautes.
    L’auteur nous emporte, avec son savoir faire incomparable, dans le monde imaginaire de tom. Monde du subconscient où des tourments perturbent la paix sereine de l’enfant. Le remord fait surgir des images impalpables et noires. Mais une possibilité de rachat s’ouvre à l’enfant tourmenté.
    Amitié.
    dédé.

  62. de ces cultures à l’infini qu’on pense avoir ingurgitées et oubliées, et qui reviennent pour nos petits pas, qui sont juste là pour peu qu’on écarquille les yeux comme les enfants, avec rire, effroi, stupeur. Tu m’as fait m’allonger dans le sable près de l’océan, et dans les nuages Quelqu’un m’a parlé très sensément juste par signes.
    je t’embrasse mon conteur.

  63. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Pour sauver Sophie, Tom donnerait sa vie.
    L’imagination du conteur est débordante, et ses écrits sont magiquement orchestrés.
    Amitié.
    dédé.

  64. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Tom surmonte sa peur et continue sa progression vers tous les dangers. En bon « Ninja », le combat contre le loup lui permet de bien remplir sa mission, confiée par « Sophie », la tortue.
    Avec talent, l’auteur nous raconte les exploits de l’enfant.
    Amitié.
    dédé.

  65. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Après la victoire contre le méchant loup, Tom découvre l’affection et la reconnaissance du chat.
    La traversée du lac est difficile pour le « Ninja », mais bien plus terrible pour Félix.
    Heureusement, le pétard reste au sec grâce au vol majestueux de l’aigle.
    L’auteur nous fait rêver au milieu de ces sympathiques animaux et de ce pétard explosif !
    Amitié.
    dédé.

  66. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    La baignade n’est pas la tasse de thé de Félix le chat. Ce dernier est tout de même attendu par une fêline conquête.
    Tom, ayant quitté les animaux amis, se retrouve confronté à la solitude et à la fatigue.
    Puis, comme dans un miroir, il retrouve l’enfant aux blagues dangereuses.
    Face à cette image de lui-même qu’il rejette, Tom sauve son chien Rex.
    L’auteur place Tom en face de ses méfaits d’antan, avec adresse et tendresse. Avec malice et patience, il amène peu à peu l’enfant, devant une prise de conscience de son ancien comportement.
    Amitié.
    dédé.

    • tby dit :

      @dédé
      Bonjour Dédé matinal.
      Merci pour cette analyse fine et critique de mon écrit. Je vais te surprendre mais parfois tu m’ouvres les yeux sur des aspects qui m’avaient échappé. Hilarant non ?
      Amitié et sourire
      Thierry

  67. dédé dit :

    Bonsoir Thierry,

    Rejets et acceptations douloureux des mauvais agissements de tom.
    Dédoublement de la personnalité du petit homme que l’auteur décrit avec une sensibilité remarquable.
    Thierry mène cette histoire avec une compréhension très réaliste du malaise de l’enfant.
    Amitié.
    dédé.

    • tby dit :

      @dédé
      Bonsoir Dédé
      Une compréhension liée au fait que mes enfants ont bousculé des portes en moi, des portes que j’avais fermé, cadenassé et qui masquait celui que j’avais été. La paternité m’a ouvert les yeux et le coeur sur ce que l’on ne devrait jamais abandonner. L’enfant qui est en nous.
      Amitié
      Thierry

  68. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Rex rappelle à Tom les limites du « ninja » face à cet orage. Cette simple phrase démontre l’innocence de l’enfant se croyant invincible.
    L’ambiance à l’approche de cette force mystérieuse demeure angoissante.
    L’auteur met l’enfant au pied du mur de la confession.
    « Le contraire » est un conte merveilleux qui approche peu à peu la réalité.
    Amitié.
    dédé.

  69. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Au petit matin, le regard de l’enfant se porte sur le miroir. Son image n’a pas changée, pourtant, au fond de lui, une impression bizarre le tracasse.
    Le changement de comportement des animaux, vis à vis du gamin, met le lecteur dans le doute; rêve ou réalité ?
    Avec intelligence et finesse, Thierry nous mène à la porte des « Gerbot »
    ( heu, pardon ! ), de Jean-Marie.
    Le petit homme n’est plus le même.
    Amitié.
    dédé.

    • tby dit :

      @dédé
      Oui le petit tom a changé, il ne sera plus jamais le meme comme tout enfant qui se retrouve confronté avec l’expérience accomplie seul. A nous les parents de les accompagner par la suite afin que l’exprérience quelle qu’elle soit devienne ou reste positive
      Amitié
      Thierry

  70. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Ce conte est écrit avec beaucoup de sensibilité pour porter l’enfant devant ses responsabilités.
    Cette transition du rêve vers la réalité est décrite avec talent. L’imagination de l’auteur est débordante de tendresse pour narrer cette histoire où l’on retrouve la sagesse indienne.
    Il est fort probable que tom est de descendance sioux.
    Ce conte est une traversée innocente de l’enfance, jusqu’aux découvertes parfois douloureuses, des règles de la vie.
    Un régal pour le lecteur.
    Amitié.
    dédé.

    • tby dit :

      @dédé
      Merci Dédé pour ta lecture patiente, tes commentaires détaillés et ce « Régal pour le lecteur ». Je te dirai qu’il fut également un régal pour l’auteur
      Amitié
      Thierry

  71. André dit :

    7 et 8, que d’action! Je trouve que le conte prends des allures ninjaesques.

  72. Edouard dit :

    Un conteur tous publics et tout en qualité, c’est plus rare qu’on le pense
    .-= Edouard´s last blog ..LES DOIGTS (contons fleurette?) =-.

  73. Edouard dit :

    mais tu nous emmènes où là? Tu veux nous foutre les jetons, c’est ça? Avec moi, en tous cas, il faut se lever tôt…:-)
    .-= Edouard´s last blog ..LES DOIGTS (contons fleurette?) =-.

  74. Edouard dit :

    Les champignons hallucinogènes, attention…à consommer avec modération, on l’avait déjà dit à Caroll…:-)
    .-= Edouard´s last blog ..LES DOIGTS (contons fleurette?) =-.

  75. Edouard dit :

    My congratulations sir for this fantastic short-story …Du hast ein unumstrittenes Talent….La vostra immaginazione è più fertile qu’una giovane donna in fiore….men verveelt zich niet door je te lezen…Όποιο ταλέντο…et universel en plus.
    .-= Edouard´s last blog ..LES DOIGTS (contons fleurette?) =-.

    • tby dit :

      @ Edouard : Merci mon ami pour ce commentaire qui me comble de joie, de fierté et de perplexité devant certaines parties du commentaire que je ne saurais véritablement interprété (en particulier celui avec l’alphabet étrange) sourire. Amitié. Thierry

  76. Ce conte mérite largement d’être conté!
    Le découpage feuilletonné de l’épopée n’est pas toujours facile, mais il tient et on tient avec lui, même si le passage au réel met dans nos têtes d’enfants un goût de reproche nostalgique.
    J’aime le style, sa vivacité et sa fraîcheur et les images pépites qui émaillent le texte.
    Merci Thierry!

    • tby dit :

      @ Michel : Un beau commentaire que celui-ci. En te lisant, je sais bien de quoi tu parles lorsque tu évoques « nos tetes d’enfants »Merci à toi mon ami. Amitié. Thierry

  77. Martine D. dit :

    Je rougis, je suis sans voix… Je suis honorée d’apparaitre dans tes articles, émue aussi…
    Isabelle, Tom, et toi Thierry, vous êtes dans mon coeur.
    MERCI !
    Bizzzzzzzzz

    • tby dit :

      @ Martine : C’est le prix de la sympathie. Travailler avec toi c’est se faire une copine et le mieux c’est que la relation reste après le travail. Je t’embrasse. Thierry

  78. Bonsoir,

    Que voilà un bien joli conte initiatique où un enfant va se retrouver face aux conséquences de ses actes et face à la désolation qu’il peut semer autour de lui sans réfléchir, en se laissant déborder par sa part négative.

    On y retrouve la confrontation entre le réel et le rêve. Mais est-ce vraiment du domaine du songe ?
    Cet autre monde prend vite des allures de réalité dans la tête du lecteur.

    On y trouve aussi une pensée profonde sur l’interaction entre les êtres et la prise de conscience du poids des actes.

    On y trouve également le fond des relations humaines et de l’amitié : aide, compassion, reconnaissance et réparation des tords que nous pouvons causer à autrui.

    Tom grandit devant nous, lecteurs, et nous grandissons aussi au fur et à mesure que l’histoire se déroule et nous emmène vers son point de départ.

    Sous ses dehors de conte pour enfants, Le Contraire trouvera donc son public de lecteurs sensibles chez les adultes qui réfléchiront au Tom qui sommeille en eux.

    Les thèmes des éléments, des animaux, des amérindiens se trouvent habilement mêlés et signent immanquablement la patte de l’auteur.

    Pour conclure, Le Contraire trouvera sa place dans ma bibliothèque aux côtés du Rocher, en attendant le prochain ouvrage (La Liste ?)

    Bonne soirée, amitiés et bises!!!

Laisser quelques mots