La mort est abolie. FIN

Du 16 05 2008 § 6 Commentaires § Mots-clefs : ,

Vancouver, BC, Canada

« – Vous voulez dire que…
– Votre identité est bien vivante, la totalité de votre… Être ? Âme ? Appelez ça comme vous le voudrez, existe dans le Web. Nous ne savons pas où sont stockées les informations, ni comment cela est possible mais la personne X est bien vivante malgré son décès vieux de cinq ans. Le résultat de cet upload peut se comparer avec la présence constatée dans le virtuel sans avatar, sans IP.
– Incroyable…
– Notre souci est le suivant. Des milliards de personnes ont déjà acheté l’INI. La majorité des membres de notre organisation aussi. La Sanyo représente une capacité de communication de 25% et une capacité de stockage de 30% dans le Web et lui nuire serait mettre en danger le Web dans sa forme actuelle et par là même les désincarnés qui vivent déjà dans le celui-ci.
– Mais, l’éthique…
– C’est le motif principal du deuxième groupe. Ses membres sont pour majorité des religieux ou des aigris qui désirent la vengeance. Ils préfèrent que le deuxième Web et cette étape évolutionnaire de l’humanité s’arrêtent là.
– Les fantômes ?
– Les fantômes seraient des bribes d’identités. Certaines personnes se retirent peut être des réseaux WLAN sachant qu’ils n’auront plus accès aux services et ne sont donc que partiellement uploadées. Un bug, un défaut de fabrication de certaines INI, nous n’en sommes qu’au commencement de nos investigations.
– Fascinant. Vous êtes en train de me dire que je ne vais pas mourir dans quelques jours, enfin que mon corps seul mourra ?
– Oui, Monsieur Herbert, en espérant que vous abandonniez vos plans de revanche et que vous informiez vos collègues condamnés. De plus, quelle que soit la décision prise par l’assemblée de notre organisation, certains de nos membres sont prêts à tout pour sauver le Web actuel et vivre ainsi une éternité binaire.
– Une éternité ? Laissez-moi rire, les machines ont des durées de vie limitées et une nouvelle version Web pourrait effacer tout ça.
– C’est pourquoi nous devons dès maintenant agir pour la préservation du système et pour que toute innovation prenne en compte l’existence des INI désincarnés et surtout de leurs droits.
– J’hallucine, vous me demandez de préserver cette abomination ?
– Pesez le pour et le contre, Monsieur Herbert. Pensez que vous même allez être un de ces désincarnés dans quelques jours. Il va se produire une guerre virtuelle dans un laps de temps très bref. La première de l’histoire de l’humanité mais ses conséquences seront très réelles, pour les vivants comme pour les désincarnés. Des gens mourront…
– J’ai besoin de réfléchir seul. C’est tout ?
– Les partisans du premier groupe font des tentatives d’approche auprès des dirigeants de la Sonya. Ceux du second groupe cherchent à informer l’opinion publique et travaillent sur les failles du système, ils espèrent pouvoir le pirater pour provoquer son effondrement. La guerre a déjà commencée en quelque sorte. Il vous faut choisir votre camp…
– Merci. Je crois que je vais d’abord me saouler et puis je vous ferai savoir quelle est ma décision.
– Rapidement ?
– Demain ! Aujourd’hui, ma journée est plutôt chargée et j’ai vraiment besoin de réfléchir. »

“Archéo !”
Ces révélations se bousculent dans mon esprit. Je regarde dans le sas et les bouteilles de Bourbon sont déjà là. J’en ouvre une et bois une longue rasade au goulot.
Pas trop ! Pas trop !
Si la geisha vient tout à l’heure, je ne pourrai pas assurer si je suis bourré.
Je repense aux philosophes du début du siècle et je me demande s’ils n’étaient pas des visionnaires en quelque sorte, comme Jules Vernes en son temps.
Ma mort annoncée n’est qu’une farce ?
Mon corps disparaîtra mais je serais toujours là ?
L’alcool commence à accomplir son œuvre et je me sens baigner dans une aura positive et chaleureuse.
Je sais que l’on peut atteindre l’ivresse virtuelle avec autant d’efficacité mais je suis un nostalgique.
Pourrai-je devenir moderne et ne plus être que des bytes dans la toile ?
Je retourne online, je pourrais peut-être trouver un forum ou un salon pour causer de ces aspects ? Et puis, j’attends la geisha. Rien ne vaut un bon cyber pour penser léger. Oups !
J’allais oublier mon étui pénien…

“Archéo !”

FIN

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page des romans courts

{lang: 'fr'}

6 Commentaires

  1. edouard dit :

    Moi je veux pas me retrouver dans « Fleurs Musicolores » en tous cas, j’aurais un mal de crâne perpétuel..:-)
    Congratulations, Sir, You make me feel my life is real…

    • tby dit :

      @ Edouard : Rire, euh… Je crois bien que moi non plus. Rire. Merci mon ami de passer voir les vieux trucs. Une expérience que ce Cyber qui m’a apporté plus que de la simple satisfaction. J’ai beaucoup appris en l’écrivant et en lisant les commentaires. Your life is real, your bones too. Will somebody die like my heroes ? Maybe… Some monsters or crazy guys. See you soon on your blog or on my. Thierry

  2. yannick dit :

    devenir immortel dans le réseau, s’y intégrer complètement. ta nouvelle soulève foule de questions et c’est pourquoi elle est intéressante, même si elle n’est pas aussi fluide que d’habitude. surement le sujet ardu; en effet, il faut sans cesse expliquer pour que le lecteur ne soit pas perdu. de plus, et c’est ce que j’ai aimé aussi, tu manies un grand nombre d’anticipations technologiques.
    je pense que tu t’es fait plaisir en écrivant cette nouvelle en y incluant beaucoup de concepts que tu avais envie de développer et aussi en annonçant moultes catastrophes. ton plaisir a été communicatif. cette nouvelle démontre ton talent pour anticiper.
    as-tu songé à envoyer tes textes d’anticipation chez des éditeurs de science-fiction?
    tu trouveras sur le net aussi des concours de nouvelles de science-fiction. je me permets d’insister au cas où tu ne le saurais pas et que tu aurais envie d’écrire des textes de science-fiction.
    voila j’arrête…rires…
    je te dis à la prochaine
    au plaisir de te lire
    amitié

    yannick

    • tby dit :

      @ Yannick : Oui je me suis fais plaisir en écrivant cette nouvelle, je me suis renseigné auparavant auprès d’un ami philosophe car la colonne vertébrale du texte est bien : peut-on exister sans corps ? Un sujet passionnant ma foi, qui touche aussi bien à la religion qu’à l’humain et dans le cas de figure au virtuel. Comme évoqué dans mon article sur les nouveautés à venir, je laisse tomber la piste éditeurs tant que j’habite en Allemagne. Bon, si par miracle Tatewin et Le contraire trouvaient un écho favorable chez l’éditeur qui ne les a pas encore lu, je changerais surement d’avis. Merci pour ta fidélité et surtout ton enthousiasme. Amitié. Thierry

  3. odile dit :

    J’ai beaucoup moins adhéré à ce roman court .. très certainement en partie par mon manque de pratique du monde virtuel … et de ses codes ..
    j’ai du relire plusieurs fois chaque partie … j’en ai ressorti des réflexions intéressantes .. mais dont l’interprétation que j’en ferais …serait certainement tronquée .. des paramètres complémentaires étant du papou pour moi
    j’y reviendrai .. quand je serais … plus grande … ou plus mature …
    sourire
    bonne soirée
    bisous on line
    Odile

    • tby dit :

      @ Odile : C’est un très grand honneur pour moi que ce commentaire car si je le ramène à ma politique personnelle de lecture, m’astreindre à poursuivre la lecture d’un texte jugé par moi difficile, voire nébuleux, est une exception réservée aux seuls auteurs qui puissent compter au rang de mes meilleurs. Ce genre, cyber-punk, est réservé à un lectorat amateur de technique, plutôt Geek, ce qui épargne à l’auteur et au lecteur des tonnes d’explications techniques, aussi je comprends bien que tu n’aies pas vraiment accroché. N’y reviens pas, c’est pratiquement le seul texte de cet acabit. Belle journée et je t’embrasse. Thierry

Laisser quelques mots