La fin du monde. Deuxième partie.

Du 07 05 2008 § 9 Commentaires § Mots-clefs : , ,

Karl Sims - Galapagos

Je revois mon petit frère et ses larmes lorsque je l’accusais d’avoir brisé le vase de mamie alors que je l’avais cassé pour me venger d’une punition. Je regrette encore cette injustice car il décédait quelques temps plus tard d’une vilaine tumeur au cerveau.
M’a-t-il pardonné ? J’aimerai tant qu’il me pardonne. Je l’aimais bien malgré tout, malgré qu’il ait pris ma place dans les bras de maman.

Mais qu’est-ce qui m’arrive ? Je veux pas devenir un saint !
Je veux tirer ma ligne de coke, pourfendre mes ennemis et baiser mes maîtresses comme avant !

Pourtant, insensiblement, irrésistiblement, mes pensées retournent vers le passé, vers les beaux et les moins beaux souvenirs.

Mon mariage, le bonheur et la fierté d’être l’homme de Lucette, la convoitée, l’adulée, la promise à un avenir radieux. Meilleure de sa promotion, elle serait devenue ministre ou président si elle ne m’avait pas rencontré.
Je revois son visage irradiant le bonheur que ça en faisait mal aux yeux.
Notre nuit de noce, une vraie nuit de noce, une nuit d’amour torride et avide.

Elle pleure maintenant dans mon souvenir, elle a reniflé le parfum de l’autre.

Lucette ! Si j’avais des bras, j’aimerais t’étreindre, te serrer contre moi, chercher le moyen de me faire pardonner. Je t’aime Lucette.

Je revois le visage dévasté de la voisine, une vieille qui pleurait son chien. Ce chien que j’avais empoissonné la veille parce que j’en avais marre de marcher dans ses déjections. Ce rire de folie lorsque je rentrais chez moi, me moquant de son désarroi.
Ce rire me fait mal.

Des gouffres insondables de vide séparent mes pensées. J’ai peur de me diluer peu à peu dans le rien.

Le souvenir tendre de ma première éjaculation, la découverte que mon pipi était aussi un sexe et que le plaisir qui vibrait le long de mes lignes d’énergie pouvait lui aussi faire disparaître le monde.

Bah, finalement, j’m’en fous de devenir un saint ou pas.
Finalement je préférerai devenir rien du tout !

– BREAK –

« Les Simzes !
La fameuse simulation est de retour avec la version ultime : «Deluxe». Découvrez les merveilles du nouvel environnement 3D. Découvrez la richesse des caractères et construisez vous-même les scénarios les plus complexes ! »

« – Je voudrais parler au directeur s’il-vous-plaît !
– Un instant ! C’est pourquoi ?
– Je suis le responsable du département « recherche et développement », c’est à propos de la dernière version et c’est urgent !
– Un instant ! »

« – Chambon à l’appareil !
– Monsieur le directeur, c’est Dutrieux ! Nous avons un méga problème !
– Dutrieux ? Qu’est-ce qui se passe ?
– C’est l’environnement graphique, un bug !
– Expliquez vous mon vieux !
– Voilà ! Nous n’avons pas encore déterminé l’origine du problème mais dans une certaine configuration de scénario, l’environnement graphique disparaît, il se volatilise !
– Mais je croyais que tout était testé et retesté ? On vient de lancer la campagne de pub !
– C’est juste ce scénario et ce n’est pas franchement compréhensible ! Le pire c’est que l’on ne peut pas sortir du jeu, il continue tout seul, sans graphisme. La seule solution c’est de couper l’alimentation électrique de la machine, ce qui peut avoir des conséquences pour le hardware et de désinstaller le jeu.
– Mais c’est une catastrophe ! Vous avez une solution en vue ?
– Nous y travaillons ! »

FIN.

Image – Karl Sims Galapagos – Dave Pape – 06/10/2009 – Licence :

Domaine public

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page des nouvelles

{lang: 'fr'}

9 Commentaires

  1. lita.s dit :

    alors là, monzami, tu m’as scotchée !!! j’aime, j’aime.

  2. emma.g. dit :

    Disparition du matériel au profit de la pensée, la 1re partie est très forte, la 2e allait moins m’enchanter lorsque la fin… Ah ! c’était donc un jeu virtuel ! Alors, oui, les nouvelles te collent bien, mon cher non saint.

  3. lubesac dit :

    Waouh!Quel talent de nouvelliste!
    …Des protubérances pensantes qui savent tout de tes pensée, toi, une autre protubérance pensante!Ne plus avoir le droit d’être « non-saint »!Tu as même eu le talent de me faire éclater de rire!
    Foin de compliments! Je voulais laisser la lecture en attente mais je n’ai pas pu.
    J’ai été, contre ma volonté, capturée, réduite au néant, loque contaminée par ta sainteté.
    Pour une reprise de contact avec toi, c’était très fort!
    Merci mon Thierry

  4. dédé dit :

    Bonsoir,
    J’ai particulièrement aimé la phrase « dilué peu à peu dans le rien », puis la chute m’a ramené à des pensées plus optimistes.
    Bravo Thierry !
    Pour l’image, c’est O.K.. Laisse moi ton adresse chez : d.d.laplume@gmail.com
    dédé.

  5. dédé dit :

    Bonjour,

    La chute m’a ramené à des pensées plus optimistes; mais j’aime beaucoup la phrase
     » dilué peu à peu dans le rien ».
    Bravo Thierry.
    C’est OK pour l’image.
    Tu peux me laisser ton adresse :
    d.d.laplume@gmail.com
    A + dédé.

  6. Patrick dit :

    Quelle chute !
    Ton talent d’auteur te permet de nous conduire où tu le souhaites.
    En te lisant, je t’imaginais accéder à la sainteté, cotoyer Jésus…(rires)
    J’ai bien aimé cette nouvelle et cette réflexion sur la perception des autres, cette part de nous qu’il y en l’autre.

  7. Odile dit :

    devenir Saint Esprit ?
    c’est encore … tout un programme en 3 D

    Dogmatique
    Délit cieux
    Divin

    Normal … pour Rhésus @+!

    A tout très bientôt
    Odie

  8. Odile dit :

    Oups.. une vraie épopée fantastique ce matin …
    j’ai du changé le mot magique … car ton robot ne le reconnaissait pas ! bon j’ai repris le même …

    Je trouve truculent l’idée de ne pas vouloir être saint .. quand on s’appelle Rhésus Bertrand !

    J’aime cette idée .. même si elle est dangereuse .. quelque part .. de faire des jeux .. intelligents !

    Il n’y a que Toi .. et les petits oiseaux .. sûrement .. qui puisse .. imaginer cela !
    bon mardi
    Odile

    • tby dit :

      @ Odile : Une avalanche de commentaires, sourire. La fin du monde, c’est la fin du monde, mais est-ce la fin des gens ? Une belle journée.

Laisser quelques mots