La bête. (7)

Du 22 10 2008 § 9 Commentaires § Mots-clefs : , ,

Place Beauvau

Deux jours plus tard, à l’ouest…

« – Allons, mon petit Romain, ne faites pas cette tête là. C’est pas si terrible que ça d’être à mon service.
– Monsieur, c’est que malgré tout le respect que je vous dois, je ne voudrai pas…
– Vous voulez parler de l’autre fois ? Oubliez cela ! Vous n’êtes pas le seul bellâtre au service de la République. Non, je voudraia, en souvenir de ces instants uniques que vous m’avez si délicatement offert, que vous deveniez mon chauffeur. C’est un bon job ?
– Avec plaisir Monsieur. J’ai une grande expérience dans ce domaine.
– Je sais, j’ai vu votre dossier. »

A l’est…

« – Bojan, mon cher ami. Je n’ai que des bonnes nouvelles à vous annoncer.
– Mes respects Archiman…
– J’ai peu de temps pour ces Salamalecs. Nous avons un homme dans la place ! C’est une nouvelle d’importance non ? Il nous est mis à disposition par les romains.
– C’est effectivement une nouvelle très réjouissante. Il est à notre merci.
– Je veux que vous envoyez immédiatement votre bras droit sur place pour qu’il coordonne l’opération et qu’il s’occupe en particulier du contact avec celui des romains. Par contre, vous savez ce qu’il adviendra de lui par la suite.
– C’est un énorme sacrifice que vous me demandez là Archimandrite. Nous avons combattu ensemble depuis la Slovénie, il est plus qu’un frère pour moi.

– Bojan… Nous sommes plus que satisfait de votre travail mais il est temps pour vous de choisir en ce qui concerne votre fidélité. Cette opération va changer la face du monde.
– Je suis fidèle à mon pays et à son église.
– Très bien. Le groupe qui attaquera le ministère de l’intérieur est informé de votre plan et adoptera la stratégie que vous avez suggéré. Ils proposent de liquider les sentinelles par surprise et ensuite d’enfoncer la porte du bâtiment avec un gros véhicule. Ils investiront enfin les lieux et iront le plus loin possible. Une bombe sera placée dans le camion pour interdire l’accès du ministère à d’éventuels renforts.
– Excellent, j’avais en tête quelque chose de beaucoup plus modeste.
– Ce groupe nous est mis à disposition par l’Iran ce qui servira au mieux notre propos.
– Des turcs ? »

Cet homme vient de me voler le verbe. Je souris. Des turcs… Sa représentation du monde est touchante.

« – Si vous voulez. Prions ensemble pour le succès de notre entreprise et le salut de nos âmes.
– Archimandrite, je suis très honoré. »

Nous nous tournons vers les icônes et nous prions simplement, comme deux frères dans n’importe quel monastère. Pendant la prière, je perçois la paix qui émane de Bojan. Décidément, j’aime beaucoup cet homme qu’il vaut mieux avoir pour ami que pour ennemi. Je me sens si proche de son amour aveugle pour sa patrie et son église. Quoique pour moi, depuis le début de cette affaire, la notion de patrie ait perdu tout son sens.
Amen.

Le grand soir, à l’ouest…

Le dernier sondage en provenance de Belgique me donne vainqueur avec plus de 60%. Cette nouvelle à fait l’effet d’une bombe. Je donnerai tout pour voir la tête de rigueur aux QG des socialistes.
Romain est transformé depuis qu’il est à mon service. Il semble tellement intéressé par son travail, tellement enthousiaste que je ne le reconnais plus. C’est comme si il avait oublié mon sexe labourant sans douceur son anus. Lorsque je pense à cette soirée inoubliable, le plaisir du sondage belge et de celui que je pratiquais dans la personne de Romain me font presque jouir.
Parfois j’ai du mal à croire que je suis devenu une tante.

« Champagne ! »
Cet appel me sort de ma rêverie politico-érotique.
« Patience les amis ! Attendons 20 heures. Le champagne n’en sera que plus frais et sera certainement bien meilleur. »

Des applaudissements… Je suis tenté un instant de faire la révérence mais je dois déjà penser à la dignité du poste que j’occuperai dans si peu de temps.
Je fais un signe à Jean-Louis qui me précède dans les toilettes.
Mes deux molosses se place devant la porte.

« – Là !
– Et toi ?
– Non, plus tard, merci. »

Je sniffe bruyamment les deux lignes blanches sur le marbre. Le picotement dans les narines est presque insupportable mais bref. C’est en voyant le visage horrifié de mon secrétaire que je comprends que je saigne du nez.

La cocaïne me donne des ailes et nous échangeons nos vestes.
Si un jour j’écris un livre sur «Devenir président de A à Z», je mettrai en première ligne que son secrétaire particulier se doit d’avoir les mêmes mensurations que le candidat.

A la cellule de crise du ministère de l’intérieur…

« – Monsieur le ministre, voilà les derniers rapports et leur synthèse.
– Faites-moi un résumé !
– Les mouvements financiers qui pourraient nous intéresser ne concerne étrangement que la communauté serbe orthodoxe de France. Sinon, un informateur vient de nous annoncer qu’un commando islamiste est en route mais qu’il ne connaît ni la date, ni le lieu, ni l’heure. Un agent infiltré chez les Hells Angels nous indique que les commandes notables d’armement des derniers temps ne concernent que des armes lourdes dont la liste est ici. En quelques mots : nous nageons dans le brouillard le plus complet.
– Mettez tous les services en rouge et informez les que toute personne parlant avec un accent slave est suspecte. C’est pour ce soir, je le sens. Des serbes me disiez-vous ? C’est intéressant. »

Image – Place BeauvauDavid Monniaux – 19/03/2005 – Licence :

Licence Creative commons bysa

Bouton lire la suite

{lang: 'fr'}

9 Commentaires

  1. Patrick dit :

    La suite… et bravo !
    te lire est jubilatoire !
    tu trouves dans cette nouvelle ta pleine mesure.
    amitié.
    PAT

  2. Gilles Arnaud dit :

    Oh non…
    Quand j’ai commencé la lecture, j’ai cru voir (7 et fin) !

    En plein suspens, le dénouement semble proche.

    Les personnages sont complètement crédibles, je marche dans les traces narratives que tu as tracé.

    Il est difficile d’imposer à ses lecteurs un fonctionnement du monde à travers les visions déformées de quelques microcosmes. Le puzzle a toutes les chances de manquer de pièces majeures qui donnent tout son sens à l’image finale. Mais là, bravo l’écrivain, cela fonctionne à merveille.

    c’est quand la suite ?

    Amitiés
    Gillou

  3. insolite85 dit :

    Passionnant, vraiment passionnant !
    Outre le travail d’écriture, le récit imprégné de réalisme et de détails « techniques » révèle de la part de l’auteur un travail de documentation sur le milieu où évoluent les personnages, particulièrement remarquable.
    Cordialement

  4. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Le futur locataire de l’Elysée est une vraie tante. Romain, le chauffeur, ressent encore le sexe du grand chef, honorant son corps. Il ne peut s’empêcher de se dire avec fierté : <>.
    A l’intérieur, rien ne va plus, le ministère nage dans le brouillard, alors que le danger est proche.
    Avec finesse,l’auteur nous amène peu à peu vers l’attentat.
    Amitié.
    dédé.

  5. Odile dit :

    Est ce que Romain est l’homme … mis à disposition par les romains? .. ce serait caucassien … et pas très orthodoxe …. mais zarbie …heu Serbie …

    Des Turcs pour être des têtes … c’est savoureux …

    Oui au nom de la religion … les hommes sont prêts à avoir du sang sur les mains …. mais ils se les laveront .. sans aucun souci …

    • tby dit :

      @ Odile : Ou bien ton esprit de déduction est particulièrement bon ou bien je suis trop transparent (je pense que la deuxième solution est la bonne.) Sourire.

Laisser quelques mots