La bête. (3)

Du 20 10 2008 § 10 Commentaires § Mots-clefs : , ,

Roi serbe

A l’ouest…

L’annonce du débat d’hier a produit son effet.
Je suis stupide, j’aurai dû investir massivement dans les médias et les télécommunications. Cet investissement se rentabiliserait aujourd’hui, en ce jour de gloire.
Les téléscripteurs, téléphones, satellites du monde entier ne parlent que de moi, celui qui veut mettre la communauté européenne à genoux. Celui qui renie la toute puissance du dieu Euro, ce veau d’or des temps modernes.

Mon équipe est rassemblée pour capter les émissions d’information de toute la planète.
Moi, je me suis réservé CNN pour la brièveté.
J’ai étudié chez ce cher oncle Sam et mon anglais est bien meilleur que celui de Jacques et de Nicolas, pour ne parler que de ceux de mon camp.
Voilà enfin le spot tant attendu…

A l’est…

Des sonneries retentissent emplissant le vide de mon sommeil.
Dans mon rêve, je me vois plonger à terre pour éviter les tirs de l’ennemi.
Soudain cette vibration près du cœur.
Je suis touché. Le projectile vibre en mon sein, il est avide de ma chair, il est assoiffé de ma vie.

Je me réveille en sueur pour constater que les sonneries proviennent des téléphones qui recouvrent mon bureau et la vibration de mon téléphone portable.

» Dragomir ! Ici Radmilo de l’équipe française. Regarde les informations, notre homme… «

Je raccroche et me saisit du portable dans ma poche.

« Ici Milos. Allume la télévision et passe sur Радио Телевизија Србије. Tu verras celui que nous cherchons. »

Je décroche les autres téléphones et demande à mes interlocuteurs de patienter un moment. Je mets mon ordinateur en route et passe sur le canal annoncé.
Son visage est là, une photographie.
Je sens un flux de plaisir me traverser avec la puissance d’un orgasme.
Cette sensation magique s’atténue lorsque je prends conscience que notre cible est probablement le prochain président français.
Il faut que j’avertisse l’archimandrite à l’instant !

Je hurle dans le bureau afin que tous m’entendent.
« Je sais ! »
Et je raccroche les combinés.

Un nouvel appel sur mon portable. Je hais cet appareil mais je ne pourrai plus m’en passer.

« – Dragomir ! Je sais !
– Tu sais quoi ? Ici c’est Goran en Roumanie.
– Goran. Je sais qui est l’homme que…
– Oui, j’ai vu aussi. Non, je voulais te parler de la femme. Nous sommes certain de l’avoir retrouvé mais il y a là un petit problème.
– Tu ne vas pas me gâcher la journée ?
– Oui et non. Elle a une sœur jumelle qui a été adoptée aux USA.
– Merci Goran, j’en avise qui de droit. Saisissez-vous de la cible et faites la parvenir ici. En bon état ! »

Célébrités serbes

Je suis troublé mais en bon soldat, je ne dois pas me poser de question. Servir l’église est la plus pure des missions.

Mais pourquoi celle-ci désire s’accaparer d’un homme et d’une, non de deux femmes ?

Je mets mon manteau. Je m’assure que les clefs de la voiture sont bien dans la poche et j’appelle le monastère.

« Il me faut voir l’archimandrite et tout de suite ! »

A l’ouest…

Les meutes de la presse sont là, prêtes à me déchirer de leurs questions comme si il s’agissait de leurs crocs.
Mon conseiller et ami de toujours, jusqu’au jour où ? M’a interdit de paraître aujourd’hui.

« Il faut les laisser mijoter et surtout entretenir le doute. Demain le parti publiera un communiqué dans lequel il sera sous-entendu que nous sommes tous derrière toi. Repose-toi aujourd’hui, tu reprendras demain. Laisse-nous un peu de travail, bien déléguer est le signe d’une bonne direction. Tu as été parfait. »

Ça fait toujours plaisir à entendre. Mais voilà, je m’ennuie.
Je pousse le bouton de l’interphone.

« – Jean-Louis ?
– Oui Monsieur le Président ?
– Ahaha ! Jean-Louis, mon cher, attendez au moins que les urnes aient parlé.
– Je ne pratique pas le culte des ancêtres, Monsieur. »

Je suis suspendu dans les airs un instant… Les ancêtres ?
J’explose de rire. Les urnes, les ancêtres. Quel humour ! J’adore mon secrétaire.

« – Merci Jean-Louis, il est bon de décompresser et à propos décompression. J’aimerai vous confier une mission.
– À votre service mon président.
– Faites-moi parvenir cette substance poudreuse, la quantité habituelle. Vous avez encore l’adresse de cette groupie ?
– Laquelle Monsieur ?
– La petite dernière, la toute jeune. Je voudrai me retirer dans ma villa d’Orgeval pour la nuit, serait-il possible qu’elle s’y trouve ?
– Bien sûr ! Je m’occupe de tout, Monsieur le Président. »

J’imagine son sourire complice. Il est bon d’avoir cet ami de quarante ans auprès de moi. Surtout qu’il n’est pas prêt de me trahir avec le dossier confidentiel que j’ai en ma possession. Son amour pour les enfants est…

Excessif.

Image – The fresco of king Stefan Milutin, King`s Church in Studenica, Serbia – XIV century – Licence :

Domaine public

Bouton lire la suite

{lang: 'fr'}

10 Commentaires

  1. lubesac dit :

    Quelle puissance d’évocation!On éprouve même la sensation de la balle « avide de ma chair »
    Entre l’est et l’ouest, le sommeil et la réalité tu nous titilles sans cesse!
    Châpeau! l’écrivassier! (sans sens péjoratif!)

  2. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Un léger malaise s’éveille à l’Est, depuis l’annonce du nom, du prochain président français.
    A l’Ouest, le futur locataire de l’Elysée semble être le successeur de Nicolas 1er. S’il n’a pas encore sa couronne, il possède déjà la certitude de s’assoir sur le trône.
    Avec malice, l’auteur garde précieusement ses sources, pour maintenir ce mystérieux passage de pouvoir.
    Amitié.
    dédé.

  3. Patrick dit :

    j’apprécie la sureté de l’écriture et cette maitrise stylistique qui t’autorise à lâcher la bride à ton imagination tout en la contrôlant.
    le mystère est toujours aussi prenant…
    du grand art !
    amitié.
    PAT

  4. Odile dit :

    l’Est pris …en sandwich par l’Ouest … présagerait-il d’ un double trouble ?

    L’ouest qui peint en hot couleurs putassières .. les « dents longues » du postulant … prêtes à rayer le parquet …. de l’Elysée .. bien sûr

Laisser quelques mots