La bête. (2)

Du 19 10 2008 § 11 Commentaires § Mots-clefs : , ,

Kosovo, église détruite

A l’est…

« – Je vous présente mes respects Archimandrite.
– Dragomir ! Je suis heureux de vous voir répondre si promptement à mon appel. Merci.
– J’ai de bonnes nouvelles.
– Laissez-moi tout d’abord vous informer du sujet de notre rencontre.
– Je suis ici pour vous servir.
– Bien ! Sachez que j’apprécie votre dévouement à sa juste valeur et que j’en référerai à qui de droit. Le document se trouve en face de vous. Votre organisation doit le diffuser à tous vos réseaux. Nous voulons avoir cet homme ici dans les plus brefs délais et comme pour la femme, les moyens mis en œuvre nous importent peu. Sans parler des coûts évidemment. Vous avez un budget illimité. »

L’homme se saisit du portrait-robot et le regarde attentivement, s’imprégnant comme un fauve de l’image de sa proie. Je l’observe, ses traits grossiers et ses mains fines, des mains d’artiste qui avaient pourtant tant de fois ôté la vie à ses semblables. Cet homme est et me demeurera une énigme.

« – Archimandrite ?
– Oui mon cher ?
– Passons aux bonnes nouvelles, si vous le voulez bien.
– Parlez mon ami.
– Tout d’abord, nous avons retrouvé les responsables de la destruction de votre monas… »

A ces mots, tout mon être se révulse, je suis brutalement envahi par les images, par la violence et les cris. Je peux même sentir l’odeur de l’incendie. C’est une dangereuse spirale qui s’empare de moi, une haine profonde qui me violente et comme la main du «Malin» m’arrache le cœur en criant vengeance. Je perds contact avec la réalité et me retrouve dans ce cher monastère des Saints Archanges à Prizren. Les soldats allemands qui sont censés nous protéger ne sont toujours pas là et les bruits de la foule hurlante parviennent jusqu’à moi. Les flammes qui s’élèvent des bâtiments annexes sont la signature du diable. L’UCK rêve d’un Kosovo sans serbes et rien ne pourra l’arrêter.

Les signes, partout les signes des cavaliers…

« – Hum, hum !
– Pardon ?
– Je vous disais que nous avions retrouvé les responsables et que nous les avions puni.
– Puni ?
– Jamais plus ils ne pourront nuire à un serbe.
– Ah….
– Mais passons à un sujet plus réjouissant. Pour la femme, nous avons deux pistes, l’une provient des États-unis et l’autre de Roumanie. Mes équipes sont sur place. Il est possible que nous puissions la livrer dans les prochains jours. »

Une douce lumière caresse mon cœur et la paix me submerge, comme une vague. La volonté divine est en train de s’accomplir sur cette terre et son règne arrive, que son nom soit sanctifié. Amen.

« Cette nouvelle me remplit de joie Dragomir et nous sommes satisfait au plus haut point de la qualité de votre travail. Je vous remercie d’avoir pris part de manière personnelle au malheur qui m’accable mais je n’arrive pas à trouver de satisfaction. Surtout depuis qu’ils sont indépendants et que la bonne ville de Prizren nous est interdite. »

Je pense pour moi que cela devrait bientôt changer si nous arrivons à nos fins. Dragomir ne doit pas apprendre, voire même se douter du but que nous poursuivons.

« – Archimandrite ?
– Oui Dragomir ?
– C’est un sentiment étrange mais j’ai la sensation d’avoir déjà vu cet homme.
– Quel homme ?
– Celui du portrait-robot.
– Ah oui, le portrait-robot. Oui, je dois vous confier que certains de mes moines m’ont parler d’un ressenti semblable.
– Bien, voilà qui devrait simplifier notre tâche. Je vous demande la permission de me retirer afin de me mettre au travail.
– Mais bien sûr, mon ami, bien sûr. »

Je le bénis et il s’éloigne. Arrivé à la porte, il se retourne vers moi, un sourire lui éclairant le visage.

« Les turcs ne passeront pas ! »

Et il s’en va.
Ce geste théâtral lui correspond bien, comme à tous ceux de sa clique. S’il savait que dans quelques temps tout cela aura perdu tout son sens.

A l’ouest…

« – Bravo ! Tu l’as réduit en bouillie. J’ai adoré comment tu lui a cloué le bec sur la question des impôts.
– Facile, il ne dominait absolument pas ce dossier.
– Et la tête des journalistes lorsque tu annonçais que nous pensions sérieusement à un retrait de la communauté européenne et à un retour à notre monnaie nationale.
– J’ai failli exploser de rire.
– Encore bravo ! »

Nous filons à la voiture. Les regards amicaux des policiers qui retiennent la horde des journalistes m’indiquent bien mieux que tous les sondages à venir que le débat fut un triomphe .
« Élysée, me voilà ! »

Image – Podujevo church destroyed by Albanian terrorists – 2004 – Jovan Stojanovic – Licence :

Domaine public

Bouton lire la suite

{lang: 'fr'}

11 Commentaires

  1. gdblog dit :

    le suspens s’installe ….

  2. encore un politicien aux dents longues…

  3. lubesac dit :

    Bien du mystère!
    Quelle sera la chute?

  4. dédé dit :

    Bonsoir Thierry,

    A l’Est, à première vue, il y a une taupe qui travaille pour le nationalisme serbe, après la chute de ce régime.

    A l’Ouest, Les politicien s’affrontent pour le trône de l’Elysée.
    L’auteur nous emporte dans un suspens total.
    Amitié.
    dédé.

  5. Patrick dit :

    Suspens quand tu nous tiens !
    Que tu nous mijotes-tu cher Thierry ? j’entrevois une dimension politique, de celle que tu affectionnes tant…serbie…élysée…ton politicien me fait froid dans le dos…tes moines aussi d’ailleurs…et ce titre « la bête ». que veut-il dire ?
    Tu es un véritable sorcier de l’écriture et je salue ta prouesse : dévoiler l’intrigue mais pas trop…pour mieux nous captiver. du grand art.
    Amitié.
    PAT

    • tby dit :

      @Patrick
      Je vais rougir mais voilà un commentaire tel que je les aime.
      Oui qu’est ce que ce titre veut dire ???
      Si j’arrive à faire ce que je désires, la signification ne sera livrée qu’avec le dernier ou l’avant-dernier chapitre
      Amitié
      Thierry

  6. Odile dit :

    A l’est tout cela me parait orthodoxe … la religion encore.. et toujours … enfin bref …

    A l’ouest .. j’ai hâte de voir quelles directions … il va donner à sa campagne .. ce candidat…

    • tby dit :

      @ Odile : Oui des chrétiens pas catholiques. La religion est un des moteurs de ce monde, il est évident que je ne peux qu’être captivé, capturé ? par cet aspect de l’humanité.

Laisser quelques mots