Histoire d'eau.

Un texte écrit dans le cadre du « défi de mai » sur le site de la société de la rose. Pour voir les textes des autres concurrents, cliquez Blog société de la rose.

Histoire d’eau.

Eau une vague

Je longe la plage, le bruit du ressac me berce.
Je voudrais dormir mais je marche.
C’est terrible d’être si près de cette immensité d’eau et de mourir de soif.
Ma gourde sonne à chaque pas, me rappelant le tragique de ma situation.
Elle contient une goutte, ma dernière goutte.

La vie, la mort, l’eau…
Qui aurait cru, lorsqu’enfant nous ruisselions de l’eau du bain, qu’elle viendrait à manquer.

La « révolution climatique ».
Personne ne voulait concéder un petit sacrifice de confort, de notre modernité morbide et suicidaire afin de sauver ce qui nous restait de climat.
Moi même, je lavais volontiers la voiture de papa pour quelques pièces qui me permettaient d’acquérir les carambars convoités.
Je me revois interrompant mes jeux pour boire cette eau qui coulait du robinet comme de source.
J’aimais courir dans les champs lorsque les systèmes d’irrigation pillaient l’eau de ma terre pour créer une pluie artificielle et je riais de traverser les arcs-en-ciel.

Ma langue est gonflée et me fait mal.
La pierre plate que j’ai déposé dans ma bouche hier, n’est plus mon amie.
J’ai soif…
Je longe la plage pour trouver de l’eau, elle est censée se réfugier dans les bras accueillants de la mer.
La mer nourricière qui était devenue notre pire ennemie sans même la voir.

Les scientifiques nous disaient, le niveau des océans va monter, de quelques centimètres à quelques mètres.
C’est la faute à la fonte des glaces, ces glaces qui s’étaient réfugiées dans des endroits où je n’ai jamais mis les pieds.
La chaleur augmentera le phénomène, les eaux se dilatant.
Ils avaient raison mais leur voix nous parvenaient comme le bruit du vol d’un moustique, promesse de démangeaisons, de désagréments mais pas une promesse de mort.
Et pourtant, insidieusement, la mer rampait sous la côte et se mélangeait aux nappes phréatiques.
Ironie de l’histoire, celles-ci étaient polluées des pires pesticides mais nous avions, jusqu’à cet instant, bien mieux toléré nos poisons que le sel de la vie.

Je pose mon sac, ma gourde et je me plonge dans cette eau interdite.
Une mort atroce que la déshydratation par le sel. Il est sournois le sel et notre corps est si fragile. Il descend jusqu’aux intestins et les vident de leur réserve d’eau. Tu crèves de la soif de tes intestins qui ne peuvent plus transporter tes déchets et t’emportent sur le chemin des douleurs réservées aux enfers.
L’eau effleure mes lèvres et elles s’entrouvrent.
L’eau franchit le barrage de mes dents et inonde ma bouche.
Cette fraîcheur…
Mais le sel attaque les blessures de ma langue et la fraîcheur devient des flammes ardentes, de celles qui m’attendent lorsque j’aurai quitté ce monde.
Une éducation basée sur l’enfer et le paradis.
Je ris.
Le paradis nous l’avons détruit et l’enfer nous l’avons créé !

Je reprends mon équipement et la marche.
Tout est jaune ou brun, les végétaux brûlés par le sel et le soleil.
Tout est bleu, bleu de l’océan et celui du ciel.
Je marche.

Je ne sais même pas pourquoi je suis ici et si seul.
Nous étions encore nombreux il y a si peu de temps.

Suis-je le dernier homme ?

Nous avions combattu, pas question pour l’humanité de périr sans combattre. Nous nous étions seulement trompé d’ennemi. Nous étions l’ennemi.
Nous avions transformé les déserts en forêts immenses. Nous étions fiers et arrogants.
Cette fierté et cette arrogance s’évaporaient comme nos réserves aquifères lorsque nous avions découvert que les poussières du désert permettaient à la pluie de condenser dans les nuages et de fertiliser la terre qui n’était plus notre mère.
Nous avions souillé, violenté et puis assassiné notre mère.

Là, une ruine.
Je vais faire une pause à l’ombre.
Je n’en peux plus, j’ai soif, tellement soif.
J’ouvre ma gourde et la fait tournoyer du poignet, espérant qu’un miracle s’était produit, que j’entendrai le bruit si familier de l’eau, que je sentirai son inertie.
Rien, juste cette goutte, ma dernière goutte…

Je crache la pierre et le sang.

C’est une grosse goutte.

Je la vois dans le goulot, elle m’appelle et elle rit.
Elle me dit qu’elle m’aime.

Je t’aime moi aussi.

FIN

Eau douce

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page des nouvelles

{lang: 'fr'}

18 Commentaires

  1. sara do dit :

    antre de nous même… mer(e) subliment décrite au fil des mots… sel de mer ivresse de mort…

    très beau et majesté dans les cris…

    kiss d’étoile filante

    sara

    psss… cette photo la-haut c’est où et elle est de qui !?

  2. milady write dit :

    ça me donne soif!
    Comme toujour c’est du thierry, du bien ficelé en paquet cadeau.à bientôt

  3. Batdaf dit :

    Ben oui… mais à force de le dire je crois que plus personne n’entend plus. Un jour la planète secouera un peu ses épaules et se débarrassera de ce cancer humain qui la ronge. Et ce sera très bien ! Car à part Dieu, qui a besoin des hommes ?

  4. la mémoire de l’eau finira-t-elle par exister ?
    ton humanité sensible et combattante…

  5. Edouard dit :

    j’ai beaucoup aimé, et à la fin, avec cette grosse goutte, j’ai l’impression de lire un appétit de vivre et goûter aux plaisirs jusqu’à plus soif, qui te donne matière et carburant pour une écriture qui roule en vitesse de croisière au super…

  6. samantha dit :

    Il y avait de l’eau sur mars aussi…avant…parano ???!!! ;o)…superbement dépeint Thierry, j’en ai la gorge sèche du coup !!
    Merci mon ami !

  7. hervé pizon dit :

    très beau et belle humanité !
    titre circonspect

  8. Patrick dit :

    Très beau texte. j’aime cette image d’un homme qui marche à côté de la mer et qui se meurt de soif.
    L’angoisse est magnifiquement bien rendue, avec cette touche nostalgique du monde d’avant qui rend la situation décrite insupportable. mais méritée. et grinçante.
    Amitié.
    PAT

  9. dédé dit :

    Bonjour Thierry,
    Horreur que de mourir de soif, en cotoyant l’opulence liquide de l’océan.
    Cette situation si bien décrite nous rappelle que l’eau douce doit être attentivement protégée, de tous rejets polluants ou de germes mortels.
    Thierry nous décrit la soif avec un réalisme qui m’ assèche la langue.
    Amicalement. dédé.

    • tby dit :

      @dédé – Merci Dédé pour ton passage et cette appréciation de ce texte. Oui, nous devons préserver nos ressources et nous devons les préserver car nous sommes les responsables de leur détérioration.
      Amicalement
      Thierry

  10. C’est sublime
    merci est bravo

  11. lubesac dit :

    Démesure! Un océan d’eau salée! Une seule goutte d’eau douce!
    La dernière goutte…La plus convoitée, la plus belle! La goutte!
    Magistral, Thierry!

  12. tby dit :

    @lubesac: Merci Lucette, j’aime bien ce texte.
    Bises
    Thierry

  13. Odile dit :

    Quel plaidoyer ….

    Là encore… tu as été précurseur… car cette année il y a une campagne pour l’eau (Unicef) …

    J’ai beaucoup aimé .. cette dernière goutte … quelle symbolique ! et bien au-delà … hum …

    Bon dimanche festif pour ta Petite Princesse

    Odile

    • tby dit :

      @ Odile : Merci, tous les détails sont malheureusement vrais, si nous reverdissions les déserts, il est possible que cela stoppe la pluie. Bon dimanche à toi. Thierry

  14. skarod dit :

    La dernière goutte pour le dernier homme!!!
    Si imagé…quelle fin atroce mourir de soif!

    • tby dit :

      @ Skarod : Youpi une Seb. Oui, je crois que le pire est de le savoir que c’est la dernière goutte. Merci de ton passage. Amitié. Thierry

Laisser quelques mots