Guest : Frédéric Thomas

Du 18 01 2009 § 9 Commentaires § Mots-clefs : , , ,

Vent

Frédéric est un passionné d’art et de littérature. Il écrit lui aussi et m’a confié son tout premier poème. Suite à la lecture de «Tatewin», il a noué contact avec la comédienne Noémie Churlet et s’engage sur son blog pour le site qu’elle a créé : IntermittentSign, le minisite vous permettant de télécharger le journal culturel des Sourds et des curieux de Langue des Signes et le blog Intermittent’Sign.

 

Jamais à bout de souffle.

Il est ici et là, partout en même temps.
Parfois s’absente et s’apaise, parfois violent.

Il offre une bise ou nous tourmente de ses coups
Les automnales feuilles virevoltent, à son gré, en tourbillons fous.

Les voilures se gonflent et voguez voiliers et trimarans.
L’aigle se plane en ascendances et vole joli goéland.

Il se faufile et siffle dans les rues, et tenons-nous alors avec peine debout.
Il déclenche quelque fois la colère, la peur et le dégoût.

La nature danse avec lui, comme l’épi d’orge dans son champ.
D’une falaise, d’une bâtisse il en abat murs et pans.

S’il est furieux, gare à son ire, son courroux.
Quoi que nous fassions, nous n’en viendrons à bout.

De vagues ondes soulevées en typhons et ouragans.
Il dévaste, détruit, balaye, et craquent les ramures en se ployant.

Parfois coquin, il s’insinue et soulève une jupe ou des froufrous.
De nos belles et coûteuses coiffures, peut créer le désordre dans un artistique flou.

Tournez éoliennes et moulins, Volez hirondelles et cerf-volants.
Il est élément naturel, indomptable, utile, doux ou puissant.

Sans son souffle vital, le nuage stagne et l’azur s’obscurcit tout à coup.
Où est-il, Londres, Lisbonne, Dublin ou Tombouctou.

Ubiquitaire, sauvage et solitaire, de lui la météo dépend.
Qui est-il, l’inspir ou l’expir, Eole ou bien Zéphyr ; il est le Vent.

Frédéric Thomas.
© Avril 2008

A bientôt pour d’autres guests. Amitié. Thierry

 

Image – Japon entre 1830 et 1880 – licence :

Domaine public

Texte – © Avril 2008 – Frédéric Thomas – Tous droits réservés

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page de mes invités

{lang: 'fr'}

9 Commentaires

  1. le vent qui emporterait la genèse des mots du sud au vers le nord…

  2. Thomas Frédéric dit :

    Merci beaucoup Thierry pour cette très jolie présentation qui me touche beaucoup.
    La poésie véhiculée par la photo me sied à ravir.
    Amitiés.

  3. Guest : Frédéric Thomas dit :

    […] la suite : Guest : Frédéric Thomas Cet article est sur : Le blog de Thierry […]

  4. Oh, je suis toute fière, car c’est un peu grâce à moi que vous vous êtes contactés, j’avais lu un blog de T.F. qui me semblait aller à ravir avec Tatewi, tu vois, j’ai eu du flair. Frédéric a une vraie sensibilité de poète, son écriture est riche de son approche de la nature, de la beauté, c’est génial de l’avoir invité. Très heureuse de le retrouver ici, sa place est toute méritée…

  5. Tiens, j’y pense! Va faire un tour sur mes liens (pas toujours myspace, ça change un peu), je te conseille Younisos (le Burroughs tangérois), RudesRêves (de la poésie contemporaine bien menée), Le Chansonnier (Emmanuel Rastouil), Jalel el Gharbi (très belles poésies & réflexion), quelquepart (un site d’une globe-trotteuse bourré de pensées intéressantes)… A +, cher Thierry…

  6. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Très joli poème où la description du vent, forme un éventail d’images, selon le souffle d’Eole.
    Frédéric Thomas est une personne de talent qui a su déployer toute sa sensibilité, pour nous faire ressentir cette bise légère qui peut se transformer en un tourbillon dévastateur.
    Ainsi, il nous transporte dans la douce ambiance d’un vent très délicat et à peine perceptible, jusqu’à la colère catastrophique d’une tornade.
    Ce souffle de vie et de destruction, représentent la beauté et la force de la nature.
    Amitié.
    dédé.

Laisser quelques mots