Guest : Bifane

Du 28 01 2009 § 10 Commentaires § Mots-clefs : , , ,

Les mains

Bifane est arrivé chez moi sur le texte « Déchirures » qui comme son titre l’indique évoque mes déchirures. Son commentaire m’a touché, comme souvent les commentaires sur ce texte, par l’émotion qui s’en échappait et qui était palpable. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés, portés par la vague des sentiments. Par la suite, j’ai été voir son blog, j’ai lu ses poèmes qui m’ont parlé par la beauté des images et surtout la simplicité du mot. Je suis un barbare pour tout vous dire et lorsqu’il me faut prendre un dictionnaire pour comprendre un mot qui sied à la rime, mon cœur de sauvage s’insurge et j’ai bien du mal par la suite à continuer la lecture. Non pas que je sois hermétique à tout apport, que je sois fermé à la connaissance. Non, simplement je le suis aux règles qui régissent la poésie et si le nombre de pieds que l’on peut trouver sur un scolopendre éveille ma curiosité, il n’en va pas de même avec la poésie. Découvrez donc cet homme qui peint le ciel avec des mots et qui me fait l’honneur de me confier un texte inédit.

 

Un être qui m’était cher de son vivant, et qui ne m’a pas quitté depuis sa mort. Mon père… Je crois que j’écrivais pour lui, comme un gamin voudrait montrer ce qu’il sait faire… « Que tu sois fier… »… Il ne m’a jamais lu. Mes écrits ne me paraissaient pas dignes de lui, je leur voulais plus de force, plus de caractère, plus de fierté… Je leur voulais des choses qu’ils n’auront jamais…

Ça n’empêche pas la vie de s’en aller, les hommes de mourir, les jours de s’effacer… Vers la fin, nous qui ne nous l’étions jamais dit, au lieu de nous en faire l’aveu tardif, balbutiement ridicule d’un amour filial évident, nous avons fait comme nous avions toujours fait : un regard, un sourire… Et pour moi, un billet, sur lequel je lui disais comme j’avais su entendre au cœur de ses silences, et comme j’espérais, comme je savais qu’il avait entendu au creux des miens.

A présent qu’il n’est plus, il m’arrive souvent de le revoir en moi. Des choses anodines : un mouvement, un mot, une posture. Des riens, des petits riens. D’infinis trésors…

A mon père, donc…

Voir tes mains…

Voir tes mains s’éloigner,
ton sourire au bout des silences,
ces mots qui volaient dans tes yeux
et tous les miens qui leur ressemblent
mais
voir tes mains s’éloigner…
Parler aux évidences
de tous ces jours qui se font vieux,
mon souffle et mes lèvres qui tremblent
de
voir tes mains s’éloigner…

Souvenirs résignés
comme au chant usé d’un vinyle,
comme un vieux film en vidéo,
en ma frémissante mémoire
qui
voit tes mains s’éloigner…
Ton image fragile
comme danse un reflet dans l’eau,
et déjà la fin de l’histoire
qui
voit tes mains s’éloigner…

C’est de l’amour gagné,
et tout le chagrin en hommage
pour ces soirs passés entre nous
avant l’heure qui abandonne
et
voit tes mains s’éloigner…
A la fin du voyage,
tout ce qui nous reste, c’est fou…
je t’aime tant que je m’étonne
de
voir tes mains s’éloigner…

Bifane

 

Image – 2002 – Ulli F. Engel – licence :

Licence Creative commons by

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page de mes invités

{lang: 'fr'}

10 Commentaires

  1. Guest : Bifane dit :

    […] la suite : Guest : Bifane Cet article est sur : Le blog de Thierry […]

  2. Thomas Frédéric dit :

    Magnifique de texte et de rythme!
    Bravo!

  3. et parfois ces mains se posent sur notre épaule, si présentes, et quand nous tournons la tête pour embrasser cet être familier…nous nous réveillons.

  4. Bifane dit :

    Je passe te remercier, Thierry, pour cet article. Comme j’en suis le sujet, tu comprendras que je ne trouve pas grand’ chose à dire de plus. Mais c’est une agréable surprise que de lire ta présentation, et j’aime bien l’image que tu as choisie pour illustrer mes mots.

    Bonne soirée, et à bientôt !

    Bifane

    • tby dit :

      @ Biifane : J’ai eu bien du mal à la trouver et puis en faisant une recherche sur Hände, la révélation. Au début je voulais une main tatouée ou une main très marquée parce que je trouve qu’on peut lire les mains comme des livres. Je comprends que tu ne trouves rien à dire sur un article qui parle de toi, j’éprouve la meme chose. Amitié et bonne soirée. Thierry

  5. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Ce texte est délicieux par les images qu’il transporte ( comme un chant usé d’un vinyle ), ( ton sourire au bout des silences ).
    Bifane est un véritable poète dont les mots sont chargés d’une sensibilité aigüe.
    La beauté des phrases contient beaucoup d’amour pour ce père disparu.
    L’auteur de ce magnifique poème mérite toute notre attention pour le lire.

    Bravo Thierry, pour le choix de la représentation des mains. Cette image se marie bien avec ce texte superbe.
    Amitié.
    dédé.

  6. Nyroca dit :

    Bonjour j’ai pu lire par hasard quelques écrits de Bifane sur le net.
    C’type il a du style, ça serait-y bien que j’en puisse y voir davantage fichtre.
    Je viens de découvrir ici qu’il avait un siteweb or on ne peut plus accéder. Y aurait-il un autre lien SVP? Merci

    • tby dit :

      @ Nyroca : Bonjour, j’ai constaté également le départ virtuel de Bifane. J’aime aussi ses textes mais à présent il demeure introuvable sur internet. Ce n’est pas la première qu’il avait l’intention de disparaitre mais cette fois il l’a fait. Dommage non ? Je pense qu’il reviendra. Au plaisir. Thierry

Laisser quelques mots