Goya et La liste de 22 à 28

Du 27 03 2009 § 16 Commentaires § Mots-clefs : , ,

Fransisco de Goya

Bonjour.

Un article destiné à vous informer de la publication des épisodes de 22 à 28 sur le site de «La liste».

La liste

Mais surtout pour partager avec vous mon amour et mon admiration pour un peintre génial, j’ai nommé : Francisco José de Goya y Lucientes

J’aime beaucoup le travail de cet homme et surtout son évolution. En effet, si ses travaux du début peuvent paraître assez conventionnels pour son époque, ceux qu’il va réaliser par la suite, sortent complètement du cadre de son temps et il est en ce sens unique. Je mets un bémol à mes déclarations n’étant pas un expert en histoire de l’art et si vous pouvez me donner un bon conseil pour que je puisse élargir mes horizons, laissez moi un commentaire avec lien. Regardez l’œuvre qui suit, c’est «Le chien» de Goya et cette toile annonce pour moi les peintres qui vont caractériser la fin du 19ème et le début du 20ème siècle :

Le chien de Goya

Ce que j’aime particulièrement chez Goya, ce sont ses visages et sa lumière. Goya ne cherche pas à embellir son modèle, il est le fidèle témoin de ce qu’il voit. Son regard lui est propre et il nous traduit sur la toile ou dans ses dessins, non seulement ce que conservent ses rétines, mais aussi ce que son cerveau en fait. Le résultat m’a toujours fasciné et ses toiles ou dessins sur la campagne Napoléonienne d’Espagne sont en grande partie responsables de ma fascination-répulsion pour la guerre.

Merci à toi Fransisco de Goya pour la beauté et la magie de ton art et pour le message fort qu’il a laissé passer à moi :

Toi, regarde toi comme tu es et non comme tu voudrais être

N’hésitez pas à aller visiter les liens que je vous confie, en particulier la page Wikimedia où vous aurez un bon aperçu de l’évolution du maître.

Bonne journée et amitié.
Thierry

Image – Tío Paquete – 1820 – Fransisco de Goya – licence :

Domaine public

Image – Le chien – 1820-23 – Fransisco de Goya – licence :

Domaine public

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page de l'auteur

{lang: 'fr'}

16 Commentaires

  1. sun dit :

    Thierry, quel beau surprise! Je suis un grand fan de Goya, ce sont ses « Caprichos » qui me plaisent!

    • tby dit :

      @ Sun : Bien content de te retrouver aussi sur Goya mon ami. Un peintre qui m’a plus qu’impressionné. Bonne journée. Amitié. Thierry

  2. un lien ? 2 livres en tout cas ! « On n’y voit rien » et « Histoires de peintures » de Daniel Arasse (folio essais). Du nanan !
    Merci, Thierry, pour le rappel à ce grand peintre.

    • tby dit :

      @ Emmanuelle : Bonjour Emmanuelle. Merci pour les livres mais je crois qu’il me faudra attendre d’etre de nouveau en France, dans le trou où j’habite, il m’a fallu trois mois pour recevoir deux livres francais et puis pas des petites pointures, La route et Sur la route de Mc Carthy et Kerouac. Fou non ? C’est la raison pour laquelle je demande des liens. Je t’embrasse et merci pour ton passage. Amitié. Thierry

  3. Christian dit :

    voilà bien des années que les ombres comme les lumières goyesques – ces « goyescas » qui s’adressent au plus profond de nous – ne cessent de me fasciner. Ainsi que la vie même de ce peintre de génie, celui des profondeurs universelles, jamais limpides, de l’âme humaine (l’intime du sentiment cotoie presque toujours le témoignage à vif des soubresauts du temps historique. Saturne, Tres de Mayo,… peintures noires…) Je te rejoins entièrement sur ce vif intérêt. Il y aurait tant de choses à dire évidemment, à interroger – nous interroger nous-mêmes – à partir d’une foultitude de saisissantes toiles de Goya. De toutes périodes de sa vie d’ailleurs, bien connues ou moins fameuses…ses séries, les Disparates, les Désastres de la Guerre, qui sondent l’âme humaine dans ses plus sombres recoins,…, ses toiles de vieillesse et d’exil aussi, et j’y englobe même, pour ma part, ses oeuvres « de cour » (la lumière délicate, comme la férocité incroyable de certains portaits… son « Godoy » -boursouflures de l’arriviste au pouvoir – la famille de Charles IV par exemple, ce jeu de massacre, etc.). L’homme et l’oeuvre, oui, n’en finissent pas de fasciner, de nous parler à tous (enfin c’est ce que je crois). Sa peinture porte à vif et sans détours – franchement mais aussi en toute subtilité et mystère, ce qui serait bien – comme tu le dis si justement – vérité des êtres et des choses( le Chien, en effet…). Merci, Thierry de nous ouvrir ce puissant champ de vision et d’interrogations.
    Amitiés.

    • tby dit :

      @ Christian : Je me doutais que tu ne pouvais qu’apprécier un article sur Goya. Je n’ai pas fourni un article technique, j’en suis incapable dans le domaine de l’art mais un article du coeur. Si je n’ai pas évoqué Saturne c’est que cette toile me terrorise toujours un peu, je l’ai vu pour la première fois à l’école en étudiant la mythologie grecque en histoire et je ne m’en suis pas encore vraiment remis… RIre. Tu vois mon ami, je lirais avec plaisir un texte de toi sur lui, avec tes mots et leur parler de l’époque. Thierry

  4. Goya et La liste de 22 à 28 dit :

    […] la suite : Goya et La liste de 22 à 28 Cet article est sur : Le blog de Thierry […]

  5. Christian dit :

    ben, j’y songe, cher ami, j’y songe…(pour quand? là,je ne sais encore…)
    oui, moi aussi découvrant en enfance ce Saturne… vision terrifiante (ma foi, j’en « cauchemardais » allègrement)
    Amitiés.

  6. delphine alpin ricaud dit :

    Merci pour le lien de la Liste Thierry! A très vite donc….
    Et merci également pour ce moment passé avec Goya.
    Bises et amitié!

  7. Goya et La liste de 22 à 28 dit :

    […] Lire la suite sur : Le blog de Thierry Benquey Url de l’article : Goya et La liste de 22 à 28. […]

  8. geraldine dit :

    Bonsoir
    J ai lu il y a plusieurs annees,1 texte qui enchaine successivement les tableaux « le fusillé », »saturne »; le chien »…et 1 autre avec 1 femme qui a le tein cireux ….Une histoire est construite sur la succession .Je me souviens d un couple de jeunes amoureux qui sont dans l herbe et qui roulent jusqu au premier tableau (le fusille) et successivement la vieillesse et les interrogations les emmenent vers les autres tableaux .En fait il s agit d un reve que fait Goya et au dernier tableau il se reveille ……Est ce que quelqu un connait ce texte ??? Merci

    • tby dit :

      @ Geraldine : Bonjour. Je ne connais pas du tout le texte que vous évoquez et qui a l’air d’etre bien intéressant. Je ne peux donc vous aider et vous m’en voyez désolé. Au plaisir de nos rencontres. THierry

  9. geraldine dit :

    C est sympa de me repondre ,,,promis des que je le retrouve je vous en fait part ….J apprecie beaucoup beaucoup Goya et l Expressionnisme en general .A bientot

    • tby dit :

      @ Géraldine : C’est la moindre des choses, je considère qu’il est grossier de ne pas répondre à une question, ce que je vis perso souvent avec les éditeurs par exemple et qui m’énerve plus que royalement. Je note la promesse et vous souhaite une belle soirée. THierry

Laisser quelques mots