Faire-part

Du 27 01 2009 § 12 Commentaires § Mots-clefs : , , ,

copy; 2009 Ansatassia Elias

Vous connaissez la petite Isabelle de Tatewin ?

Pour ceux qui l’ont lu, elle est devenue un être à part entière et vous lui avez confié une forme, un visage.

Son père, votre humble serviteur, comme un dieu déchu l’avait laissé dans les limbes. Noémie Churlet, sa sœur, elle lui avait donné une vibration, les moyens d’interagir avec son environnement et un cœur. Anastassia Elias, sa mère, lui a donné un corps et un visage, et quel visage.

Vous mes chers lecteurs, vous lui donnez la vie, car un livre fermé est un objet inutile.

J’ai rencontré Anastassia Elias presque par hasard chez mon ami Samuel Colasse, sur son site Le dessin du jour. Un site que je visite visitais régulièrement (le site n’est plus.) car Sam y partage partageait avec nous son amour du dessin et nous présente présentait un artiste ou une œuvre chaque jour. Au hasard de mes visites, je tombais sur cet article : Yseult. Et au plus profond de moi qui recherchais justement des illustrateurs pour les contes Tatewi et Le contraire, je pensais : « C’est elle ! »

J’ai donc été sur son blog : Chadou yama et les illustrations d’Yseut que j’ai pu y voir m’ont transporté de bonheur. C’était bien elle, j’en étais convaincu. Sur son site : Anastassia-elias.com, je trouvais le moyen d’entrer en contact avec elle, ce que je faisais, le cœur battant comme pour un premier baiser. Je lui demandais si elle pouvait se représenter d’illustrer ce conte et lui laissait un lien vers celui-ci. Huit jours plus tard, je recevais ce magnifique dessin qui illustre l’article et je fondais. C’était bien elle…

Tatewin va donc subir une cure en profondeur de la part de son père, une mise en forme qui va lui permettre de visiter les comités de lecture de quelques maisons d’édition. Certains éditeurs proposent leurs illustrateurs, ceux-ci ont perdu d’avance, je ne suis pas homme à séparer une mère de son enfant. Pour les autres… «Alea iacta est !»

Aparté :

Si vous cherchez bien chez l’ami Colasse, vous comprendrez pourquoi je lui ai demandé s’il acceptait d’illustrer «Le contraire»
Un indice : Ce n’est pas sur son blog.

Au plaisir
Amitié
Thierry

Image – © 2009 Anastassia Elias – Tous droits réservés

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page des contes

{lang: 'fr'}

12 Commentaires

  1. Thomas Frédéric dit :

    Superbe ce dessin! Magnifique cette nouvelle!
    Tu peux être sûr que je serais parmi tes premiers acheteurs!
    Amitiés.
    (Tiens, je vais peut-être déguster une petite bière à ta santé…)

  2. pandora dit :

    Longue vie à la petite alors ;-)

  3. Sam dit :

    Merci bcp Thierry. Ca me fait énormément plaisir…

  4. Pat dit :

    félicitations aux heureux parents et belle aventure qui dessine !
    Amitié.
    PAt

  5. magnifique, et espérons un sésame qui s’ouvre enfin sans formule magique mais avec sens.

  6. dédé dit :

    Bonsoir Thierry,

    Cette illustration est ravissante et pleine de fraîcheur.
    J’aime la représentation des pages du livres. Celles-ci deviennent peu à peu de l’herbe.
    Anastassia-elias possède un grand talent. Je me suis promené au-milieu de ses oeuvres qui sont d’une pure beauté.
    Tu as raison, mon ami, de ne pas séparer une mère de son enfant.

    Longue vie à ce conte qui est une pure merveille.
    Amitié.
    dédé.

    • tby dit :

      @ Dédé : Merci Dédé, je me doutais que le dessinateur en toi ne pouvait qu’apprécier de faire la connaissance de cette femme et de son univers. Sans parler d’Isabelle bien entendu. Amitié. Thierry

  7. Arc-en-ciel dit :

    Magnifique !
    Merci pour les liens, que de belles découvertes.

  8. Alejandra dit :

    Bonjour Thierry,

    Eh bien ta nouvelle attire beaucoup de regards attentifs.
    Pouh… encore au travail… Jamais assez de temps…

    Je reviendrais ici, si tu le permets, pour découvrir plus avant ton univers.

    A bientôt
    Alejandra

    • tby dit :

      @ Alejandra : Merci de ton passage, il me faudra aussi prendre le temps pour faire connaissance avec ton beau blog et le sujet magnifique dont tu traites : Le flamenco. A bientot. Thierry

Laisser quelques mots