Enfants

Du 24 04 2009 § 33 Commentaires § Mots-clefs : , , , ,

Du l'art ou du cochon (d'Inde)

Mon Lulu, mon amour, je pense fort à toi.

Ta petite sœur est maintenant plus grande que toi…
Un paradoxe dans notre monde du rêve, du cauchemar parfois.
L’image qu’il me reste de tes presque quatre ans
est celle d’un enfant resplendissant.
Je m’efforce de chasser celles de l’incendie,
c’est en vain, elles me visitent la nuit.
Mais au-delà de la douleur, elles arrosent mon cœur,
faisant germer des fleurs d’amour,
des tournesols vers toi toujours.

Souvent, je m’imagine marcher avec toi, là où naissent les étoiles.
Nous chevauchons les sagittaires. Nous mangeons goulûment des parts d’Aldébaran, prenant soin d’épargner l’étoile polaire pour les marins des océans. Nous avalons des litres de voie lactée, à la paille ou au godet. Par un trou noir vorace aspirés, nous renaissons de l’autre côté.

Et puis… Et puis, il me faut rentrer dans ce corps de cinquante années, un peu courbaturé, les yeux usés par le travail sur écran. Pourtant je rentre content.

Souvent, je m’imagine t’observer depuis la Lune, rire de ton premier baiser, cajoler tes enfants d’une caresse de mon âme, t’alléger de mon mieux du poids des ans et puis t’accueillir enfin, comme on accueille un fils qui revient d’un long et périlleux voyage.
Ce voyage que j’accomplis encore dans l’esquif fragile de mon corps. N’es-tu pas devenu mon père qui m’attend pendant que j’erre ?

Nous parlons souvent de toi avec ta sœur, décorant ton rectangle de terre, t’apportant des fleurs.
Nous pensons à toi en regardant le soleil, il n’y a pas de doutes, tu es là et tu nous éveilles.

Baigné par la chaleur de mes enfants, mes deux astres solaires.
Jamais plus, jamais plus je ne serai solitaire.

Ma Charlotte, mon amour, je pense fort à toi.

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page de la poésie

{lang: 'fr'}

33 Commentaires

  1. lubesac dit :

    Très beau, très émouvant, très poétique!
    C’est triste et pas triste!

    Ton souvenir est celui d’un joli bambin qui restera toujours pur et beau!
    Tu batifoles avec lui parmi les étoiles et c’est magnifique.Tu joues avec lui et c’est délicieux.
    Tu n’as pas un jardin secret, non , tu as ta galaxie secrète et si bien habitée, riche de rires et de jeux et d’amour, toujours.

    C’est bien aussi de la partager avec Charlotte, de lui conserver le souvenir de son « grand » frère.

    Ton coeur est triste mais heureux à la fois du souvenir et de l’imaginaire.
    Et puis il ne connaitra pas les difficultés et les malheurs de la vie…

    Un beau et grand moment d’émotion!
    Je t’embrasse ainsi que Lulu (partout avec toi!)cher Thierry papa
    Lucette

  2. Zorg dit :

    Je l’ai relu trois fois… comment commenter cela ?,..c’est impossible !
    c’est un partage des silences, de l’absence, du vide que tu remplis avec ton amour et la matière sprirituelle qu’il dégage. Encore une fois, les mots ne servent à rien…
    si, une précision stp, tu commences par « Lulu » et tu termines par « Charlotte », pourquoi ?

    Amicalement ::zorg::

    • tby dit :

      @ Zorg : Merci de ton passage et du partage qu’il implique mon ami. Si j’ai commencé par Lulu c’est que ce texte est un hommage à mes enfants et qu’il était le premier. S’il finit par Charlotte c’est qu’elle a suivi, que je me tourne vers elle et ainsi vers l’avenir. Amitié. Thierry

  3. Pat dit :

    Après avoir lu ce magnifique texte, je préfère me taire et relire à nouveau.
    Beau, fort, émouvant.
    Embrasse pour moi Charlotte et Lulu.
    Amitié.
    PAT

  4. BLAS dit :

    je ne commente pas mais mon lucas et moi on t’embrasse fort ,mais tres fort .

    • tby dit :

      @ Blas : Et dans l’attente de lire un truc de toi, je prends le père et le fils dans les bras pour les embrasser également très fort. Amitié. Thierry qui pète les plombs parfois.

  5. Enfants dit :

    […] Lire la suite sur : Le blog de Thierry Benquey Url de l’article : Enfants. […]

  6. Mèl dit :

    Mais parfois l’on est dans l’urgence de péter les plombs, Thierry. Cela loin d’être une gageure…
    L’écriture : un exutoire. Expulser. Cracher. Comme un deuxième accouchement. Et alors ton Lulu, Thierry, est là, mais tu ne le vois pas « avec les yeux », c’est tout.
    La souffrance, tout le monde cherche à l’éviter… Mais bien malin qui pourrait y échapper. Serait-il possible qu’elle soit souvent justifiée ou qu’à quelque chose souffrance soit bonne ?
    « La souffrance est une île de certitude dans un océan d’incertitude. » (Amos Oz)
    Je t’embrasse très fort Thierry.

    • tby dit :

      @ Mel : L’écriture exutoire je pensais en avoir fini avec, tu vois comme quoi on se simplifie les choses. Il est probable que tous mes écrits ou presque soient exutoires. Je sais Mel que mon Lulu est là, je ressens souvent des caresses spirituelles, des sourires de brises. Amitié, Thierry

  7. pandora dit :

    Je ne sais pas quoi dire, je suis trop émue…
    Merci de partager ces souvenirs et ces rêves
    Amitié
    Pandora

  8. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Cet écrit est très émouvant et les mots conservent toute la pudeur d’une souffrance vécue.
    La Voie Lactée en entier est imprégnée par la présence de Lulu.
    Ton coeur aussi.
    Amitié.
    dédé.

  9. pizon dit :

    oui, que dire ? entendre.
    amitiés.

  10. L’écrire, cette tristesse, c’est donner vie à celle qui n’est plus… Je salue ton courage, et la beauté de ton amour…

  11. dit :

    bé, j’aimerais avoir la force et le respect de vie qui transparait dans tes mots, c’est peu être une couleur d’amour plus dense plus intense, dans la palette de nuances de coeur, merci pour la belle source d’élan qui s’écoule de ce lien hors le temps, hors espace.

    ça serre le coeur de tout près en nez tôt.

    • tby dit :

      @ Tô : Tu as cette force et ce respect en toi mon ami. Je ne te souhaite pas que la vie t’amène à en faire usage où alors dans d’autres conditions. Amitié. Thierry

  12. Christian dit :

    Savoir, pouvoir dire ainsi la lumineuse présence de manière aussi forte, aussi prenante… et après lecture et relecture, les mots manquent, oui, pour commenter ces lignes admirables qui ne peuvent que remuer profondément. Merci à toi pour ce très beau et si émouvant partage.
    Bien amicalement,
    Christian

  13. Sandy dit :

    il n’y a pas grand’chose à dire ou à commenter après une déclaration comme celle-là.
    J’ai songé à « Heureux qui comme Ulysse… »

    Amitiés et baisers.

  14. gdblog dit :

    pas de commentaire, … du silence et beaucoup, beaucoup d’émotion

  15. Jackie (Arc-en-ciel) dit :

    Coucou Thierry,

    Je relis ce texte pour la troisième fois… il est magnifique, d’émotions, de sensibilité, de beauté et de poésie. Difficile de trouver les mots pour exprimer ce que l’on ressent à sa lecture, tant il touche les tréfonds de nous-même.
    J’aime ce poème, emplit d’amour.

    Je suis revenue sur la blogosphère depuis quelques jours avec un nouveau blog, aussi je n’utilise plus mon pseudo.
    Bien à toi, amitié.
    Au plaisir de te retrouver.

    • tby dit :

      @ Jackie : Merci Jackie. Je vais allez voir ton nouveau blog. Au plaisir de te revoir en ces lieux et sur la toile. Amitié. Thierry

  16. edouard dit :

    Je n’ai pas de commentaire à faire. Sinon que la pudeur du lecteur (admiratif de toi et de ta personne qui transpire de tes écrits) s’impose.

  17. Frédéric dit :

    Ne rien dire. Se contenter de respecter la force tranquille de l’âme que l’existence n’a pas épargnée. Réaliser à quel point c’est une belle âme. Quel magnifique cadeau pour tes enfants! Charlotte qui rencontre son frère; Lulu qui perdure en vos cœurs. Vraiment, tu es une belle âme…
    Amitiés sincères.
    .-= Frédéric´s last blog ..Patrick FORT. =-.

  18. Poil de carotte dit :

    Je me suis envolée avec vous comme dans Le Petit Prince. J’ai encore plein de voie lactée aux coins des lèvres, faut que je trouve un mouchoir pour m’essuyer tout ça. Dis Lulu, n’oublie pas de nous envoyer aussi un peu de lumière, par ici.
    LOVE.

Laisser quelques mots