Deuil, duo, solo, plus rien.

Du 15 03 2009 § 21 Commentaires § Mots-clefs : ,

Alain Bashung

Salut Alain, comme ils disent ici : “Leb wohl.”
C’est une phrase bizarre non ? Dire ça à un mort…
T’es pourtant bien plus vivant qu’un paquet de Zombis qui errent par ici.

Tes parents étaient des génies, ils ont inventé la galette au Beur.
Toi, t’as sculpté la langue, enluminé les mots, détourné mes oreilles.
Tu m’as conquis, j’t’adore.

Tu m’as surpris Alain. T’as trouvé trop vite la pédale de frein.
T’as passé ton Rio Grande…
Dis moi ? Y avait-il quelques Mex dans la fournée ?

Aujourd’hui il pleut, il fait gris. Le ciel pleure-t-il avec Joséphine et Gaby ?
J’vais oser rêver avec Madame, Alain.
On est loin des amours de loin.

Ad libitum mon ami, ad libitum.

Thierry

 

Image – Alain Bashung – 2004 – Philippe Jimenez – licence :

Domaine public

Bouton de la page d'accueil

Bouton de la page des touchés

{lang: 'fr'}

21 Commentaires

  1. lubesac dit :

    Chaque fois qu’un grand disparait un vide se crée autour de nous.
    C’est notre paysage qui se délite…
    Chapeau l’artiste et…bonne route.
    Je m’en vas de ce pas essayer de retrouver du sang neuf pour une nouveau rêve de jeunesse.
    Ce rêve de Madame est très bien rendu alors…rêvons encore

  2. les messagers, les passeurs de mots sur terre sont rares.
    Celui-là nous chantera encore longtemps « les entrailles de la canopée ».

    • tby dit :

      @ Emmanuelle : Merci de tes mots, j’suis triste parce que je l’aime, Alain, de si peu mon ainé… Nous avons en quelque sorte grandi ensemble. Amitié. THierry

  3. Oui, par la meutrière, Bashung, élégant poète… J’ai beau dire et faire ma polémiqueuze, c’était un monsieur, des Biz à toi

  4. pandora dit :

    Je ne le connaissais pas bien, je découvre chez toi la magnifique poésie de cette chanson que j’ai entendue sans l’écouter. Comme tant d’autres. Et je suis moi aussi triste

  5. Thomas Frédéric dit :

    Magnifique Thierry ! Nos mots passent via ta plume !
    Encore un de nos plus beaux joyaux que la mort nous subtilise.
    Mais tu as tellement raison d’ajouter :
    Ad libitum…
    Amitiés !

  6. Deuil, duo, solo, plus rien. dit :

    […] Lire la suite sur : Le blog de Thierry Benquey Url de l’article : Deuil, duo, solo, plus rien.. […]

  7. Seb dit :

    Plus de vertige de l’amour.
    Un tres grand qui va nous manquer.

  8. dédé dit :

    Bonjour Thierry,

    Il y a plus d’un an que j’écoutais Monsieur Bashung presque tous les jours, en étant sur mon Blog.
    Ayant regardé les victoires de la musique, Alain m’avait beaucoup touché lors de son émouvante réaction aux récompenses méritées qu’il a obtenu.
    Je ne m’attendais pas du tout à sa disparition quinze jours plus tard.
    Disparition qui m’a réellement attristé.
    Merci pour cet hommage.
    Amitié.
    dédé.

  9. Bifane dit :

    Quelques mots pour un prince des nuages, à lui clouer sans échafaudages… Il part tôt, il s’est retiré un peu vite. N’est-ce pas lui qui disait qu’on ne peut pas être génial sur de longues durées ? Il a bien tenu la barre, là-dessus, quant à lui. Pas le souvenir de m’être dit un jour qu’il était tombé dans le commun, le médiocre… Jusqu’à son dernier album, il est resté créateur, novateur, poète jusqu’au bout des lèvres, rêveur jusqu’au bout des yeux.
    Il va nous manquer, Alain…

  10. dit :

    merci pour ce salut l’artiste, à cet ami des mots, de leurs sons et sens d’essences, j’aime ses chants sons, ses chants sens chaleurs.
    y reste pleins de bout de lui qui se baladent à travers ses tites’ choses qu’ils à laissé dans les oreilles et parfois dans le creux du coeur..

    à bientôt vers là, où ailleurs ?!

  11. Christian dit :

    oui, cette grande élégance-là, de voix et de sons, de rythmes et de mots (si finement sculptés, en effet), et ô combien de la personne. (et je regrette beaucoup de l’avoir découvert un peu tardivement…). Vraiment pas fameux, là, les prémices du printemps. Merci pour tes mots de si bel hommage, sobre, fraternel, intense.
    Amitiés.

  12. edouard dit :

    Les pyromane des mots est parti sans la femme au foyer, il lui restera les anges à tutoyer. Il nous restera ses bijoux bijoux, ses pépites qui me scotchent comme du chatterton, à écouter même dans le désert de Goby.
    Merci Alain, merci Thierry.

  13. Odile dit :

    J’avais écrit ceci :

    Hommage à Alain Bashung ….

    A dieu à Vous, qui étiez un grand Artiste
    L a révérence vous avez osé nous tirer
    A moindri, bien qu’étant un trismégiste
    I nterrompue brutalement fut votre tournée
    N acelle choisie pour ce dernier voyage.

    B ourges n’aura pas le plaisir de vous applaudir
    A insi en a décidé pour Vous ce satané destin !
    S alves d’honneur seront les mots pour dire :
    H érésie, ce départ prématuré au goût chicotin.
    U ltime hommage sera rendu à vos funérailles
    N ationales en ce premier jour de printemps
    G rand merci, faîtes de très beaux rêves …*

    20 mars 2009
    Odile.G©

    * Il ponctuait la fin de ses derniers concerts en disant « merci, faîtes de beaux rêves ».

    et je l’avais ilustré .. avec la vidéo .. Madame rêve …
    j’ai eu l’indécible honneur de le côtoyer lors d’une « 3ème mi-temps » …. après une action caritative … Il avait été amusé .. lorsque je lui avais avoué .. ne pas aimer tout son répertoire … et m’avait répondu .. en confidence :  » que Lui non plus »!
    sourire
    Odile

    • tby dit :

      @ Odile : Faisons de beaux reves et puis après construisons les. Merci pour l’anecdote qui correspond bien avec l’image que je me fais du personnage. Belle journée.

Laisser quelques mots