Au-delà des couleurs 4

Au-delà des couleurs toucher le jaune Copyright Marisa Jacobi

– C´est toi dans la maison?
– Oui, c´est ma maison.
– Et où sont tes parents ?
– Dehors, ils pleurent…
– Oh, c´est triste…
– Comme dit mon papa: « C´est comme ça ! », viens on s´en va. On va essayer une autre couleur !
– Mais, mais…

Aussitôt dit, aussitôt fait, la maison et les pompiers ont disparu, il ne reste plus que le feu, flammes rouges, flammes jaunes. Rouge, jaune, rouge, jaune…

Benjamin repense à cet enfant qui dort dans cette maison en feu, il est triste. Lulu s´assoit et autour de lui se matérialise un bac à sable, un beau sable jaune et chaud. Lulu laisse couler ce sable entre ses doigts et dit: « Ça, c´est toucher jaune ! », il sourit.

Benjamin se jette à coté de lui et roule dans le sable, heureux de ce contact familier. Lulu lui souffle: « Écoute ! », Benjamin entend le chant d´un oiseau. Il voit un canari dans une cage blanche à coté du bac à sable. Il réfléchit pour savoir si c´est voir ou bien entendre le jaune. Il ne le sait pas, mais c´est égal. Il va faire voir le jaune, lui.

Ils entendent le bruit d´un moteur et voilà une voiture de la poste qui s´arrête auprès d´eux. En sort un postier en uniforme qui tient un pot de miel et un citron. Il les remet à Lucien et s´en va. Lucien regarde le miel et le citron cherchant à comprendre et Benjamin lui dit: « Choisis lequel tu veux avoir pour le goût, l´autre c´est pour l´odeur. » Ils rient et Lulu ouvre le pot de miel, y trempe son doigt encore plein de sable et le porte à sa bouche. « Hummm ! Du miel croquant, c´est la première fois. » Un couteau surgit dans sa main, il coupe le citron en deux et en donne une moitié à Benjamin. Cela sent tellement fort le citron qu´ils ressentent l´acidité dans leurs bouches. Lucien dit à Benjamin: « Bravo, goûter, sentir et voir en une seule fois, tu es fort. Laisse-moi réfléchir. Qu´est-ce qu´il nous manque ? Ah, oui, je sais mais il faut d´abord t´habiller chaudement. »

Au-delà des couleurs le blanc et les cinq sens Copyright Marisa Jacobi

Benjamin est immédiatement enveloppé dans un chaud manteau de fourrure et porte de belles bottes en peau comme celle des Esquimaux. Le sol est recouvert de neige,
ils en ont jusqu´ aux mollets. « Bonne idée ! », crie Benjamin et il se baisse pour faire une boule de neige. « Ben, Lulu, t´as oublié les gants ? » « Touche ! », répond Lucien.

Benjamin touche la neige et la sensation de froid lui donne des frissons dans le dos. « Toucher blanc ! », pense-t-il. Avec la neige qu´il a ramassé, il fait une boule qu´il s´apprête à jeter sur Lulu. Celui-ci, met son doigt sur sa bouche en forme de chut. Il s´éloigne en faisant de grands pas, un sourire sur les lèvres et dans les yeux. « Crouic ! Crouic ! », fait la neige. « C´est le bruit préféré de mon papa, c´est un beau bruit blanc, non ? » Benjamin fait oui de la tête et lance sa boule de neige. Lulu prend un air outragé, ramasse lui aussi de la neige et ainsi commence
une belle bataille de neige qui porte les enfants à bout de souffle.

Lucien tourne le dos à son ami et Benjamin devine qu´il tient quelque chose. « Lulu, qu´est-ce que tu tiens ? », crie-t-il. Lucien se retourne et il lui tend une énorme barbe-à-papa, encore toute chaude. Le visage enchanté et malin de Lucien emplit Benjamin de presque autant de plaisir que l´odeur de la barbe-à-papa. À peine veut-il mordre dedans que la barbe-àpapa
se transforme en un verre de lait. Lulu se roule par terre, content de sa farce. Benjamin, un peu vexé, lui dit: « Oh, tant mieux, j´avais soif et puis le lait ça sent aussi blanc que ça goûte blanc. » « Excuse-moi. Vas-y, c´est ton tour de choisir une couleur. », lui dit Lucien.

La cinquième partie.

Illustrations de Marisa Jacobi © 2004 – Tous droits réservés

Texte – © 2004 Thierry Benquey – tous droits réservés :

 CopyrightFrance.com

{lang: 'fr'}

Laisser quelques mots